11182017Headline:

Bédié bloque le déguerpissement de 17.000 planteurs – Les raisons

Bedié à Daoukro

C’est décidé ! Les 17.000 planteurs menacés d’expulsion de la foret de la Sangoué dans la sous-préfecture de Diégonefla, n’auront plus à s’apitoyer sur leur sort.

Ainsi en a décidé le président Alassane Ouattara après sollicitation de son aîné Henri Konan Bédié. Qui, à son tour, en a fait écho à ses « parents », à l’occasion la célébration de la journée nationale de la paix à Yamoussoukro. La nouvelle parvenue aux planteurs par le biais de la délégation ayant pris part à ces festivités, ne les a laissés aucunement indifférents.

C’est pourquoi, en guise de reconnaissance, les chefs traditionnels des 123 campements sous la houlette du chef central, nanan Koué Kouadio, ont animé un point-presse, mercredi, à Diégonefla, pour exprimer de vive voix leurs remerciements au duo Bédié – Ouattara, non sans promettre le suffrage de ses ”administrés” aux présidentielles de 2015. « Nous disons merci au président. C’est par son canal que son frère, le président Alassane Ouattara, a été alerté par nos cris du cœur. Nous étions dans le désarroi, mais avec les dernières nouvelles, les esprits se sont calmés. En si peu de temps, l’espoir renaît. C’est la preuve que le président Bédié est en harmonie avec son cadet, le président Ouattara », a déclaré Amani Kouamé, chef de petit Yamoussoukro, l’un des villages qui a subi de lourds préjudices pendant la 1ere phase de l’opération de déguerpissement.

Lui emboîtant le pas, le chef Koua Kouadio Marthurin, de Kilièkoffikro, s’est appesanti sur le sort de ses sept enfants en terminale encore à la maison, faute de moyens et le cas des 500 élèves du primaire sans établissements depuis le décoiffement des écoles communautaires sur les sites. « A cause du problème de déguerpissement, nous n’avons pas eu le temps de suivre nos productions agricoles. Maintenant qu’il y a de l’accalmie, nous allons passer à la récolte de nos produits, les sécher et les vendre pour avoir quelque chose. Ce qui fait que nos enfants qui sont au collège sont encore à la maison. En ce qui concerne ceux du primaire, nous demandons à l’État de réhabiliter les salles de classes et les équiper en tables-bancs pour que nos enfants puissent reprendre les cours », a-t-il plaidé.

Même son de cloche chez Kouassi Amani Joachim, chef de Ourakro. Pour lui, la promptitude de la réaction du président Ouattara démontre qu’il est en phase avec son peuple. Successivement, Kobenan Kouakou Leon, chef de Léonkro et Kouadio N’guessan Narcisse, représentant nanan Bassa Kouassi Felix de Kouamé mauricekro, ont, au nom de l’ensemble des populations (17.000) vivant dans la foret de la Sangoué, promis à Ouattara et Bédié qu’ils pourront compter sur eux au moment du vote.

Faut-il le rappeler, la rencontre entre les têtes couronnées a enregistré la présence de dame Kouassi Marguerite, membre du Grand conseil du Pdci-Rda de la région du Bélier. « Grâce au président Bédié, homme de paix, le sang des Ivoiriens n’a pas (…)

Lire la suite sur linfodrome.ci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment