08182018Headline:

Bédié-Ouattara: du désamour à l’entente cordiale

En Côte d’ivoire, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié s’apprêtent à unifier leurs deux formations politiques à quelques mois de la présidentielle de 2020.

 

Les deux hommes ont développé une relation qui semble résister au temps et à la gestion du pouvoir même s’ils symbolisent en Côte d’Ivoire une longue période d’opposition politique farouche.

Depuis le décès du président Félix Houphouët Boigny, ils ont été opposés avant de tisser une surprenante alliance qui tient la route dans bien que mal depuis les accords de Linas Marcoussis marquant la fin de la guerre civile (2002-2003).

Le clash Bédié-Ouattara trouve ses origines dans la guerre de succession à la mort du Vieux. En 1993, les Ivoiriens se demandaient à la lecture de la Constitution, qui du premier ministre Ouattara ou du président de l’Assemblée nationale Bédié devait succéder à celui qui était considéré comme le père de la nation.

A Lire: Côte d’Ivoire : Ouattara et Bédié d’accord pour le parti unifié

Alors qu’un vent de tristesse soufflait encore sur le pays endeuillé par la perte de l’unique président qu’il a connu depuis 1960, les Ivoiriens craignaient une guerre de succession. Sans attendre l’issue du débat sur l’interprétation de la Constitution, Konan Bédié s’installe dans le fauteuil présidentiel le 7 décembre1993.

Sa prise de pouvoir est ‘validée’ par la France mais est loin d’être du goût d’Alassane Ouattara qui démissionne deux jours plus tard avec son gouvernement.

La succession et l’ivoirité

Dates-clés
1993

Bédié succède à Houphouët Boigny

1995

Alliance Gbagbo-Ouattara contre Bédié

2003 Rapprochement Bédié-Ouattara

2010 Bédié soutient Ouattara au second tour de la présidentielle

2015 Ouattara réélu avec le RHDP

2018 Annonce de la réunification du PDCI et du RDR

Sur fond de tensions, Henri Konan Bédié, qui est en quête de légitimité, doit achever le mandat du ‘Vieux’ et préparer l’élection présidentielle dans un pays où le vent du multipartisme souffle depuis 1990.

Entre-temps, Alassane Ouattara rejoint le Rassemblement des Républicains, un parti politique dont la figure de proue était Djéni Kobinan, un ancien cadre du PDCI.

L’alliance Gbagbo-Ouattara contre Bédié

En 1995, dénonçant des conditions très peu démocratiques autour de l’organisation des élections, l’opposant historique Gbagbo Laurent s’allie au RDR pour lancer le Front républicain.

L’alliance appelle au boycott actif, notamment en raison des conditions d’éligibilité à savoir être né de parents ivoiriens et avoir résidé dans le pays pendant au moins 5 ans sans discontinuer.

A Lire: Ahousso-Kouadio élu président du Sénat

Face au candidat du Parti Ivoirien des Travailleurs (PIT) de Francis Wodié, Bédié remporte les élections avec 96,16% des voix contre 3,84% pour son adversaire.

Henri Konan Bédié consolide son pouvoir après la présidentielle de 1995.

Cependant des affaires de corruption et de mauvaise gouvernance plombent sa présidence. L’opposition s’organise et fait vaciller le régime.

C’est alors que des intellectuels proches du président initient et amplifient le concept de l’ivoirité.

Le Rassemblement des Républicains voit en ce concept un moyen d’écarter son leader, d’exclure les nordistes de la vie politique du pays et de bâtir la Côte d’Ivoire post-Boigny avec un esprit de xénophobie pour une nation accueillant 24% d’étrangers selon l’Institut nationale de la statistique.

Le malaise ambiant conduira au départ de Bédié un 24 décembre 1999 lors d’un coup d’Etat dirigé par le général Robert Gueï. A l’origine de la contestation qui a conduit au coup d’Etat, les soldats réclamaient leurs soldes

L’opposition parle d’un “coup d’Etat salutaire” mais les partisans de Bédié y voient la main d’Alassane Ouattara.

Cette phrase d’Alassane Ouattara prononcée à l’endroit du pouvoir de Bédié est répétée par ceux qui l’accusent d’être derrière le coup d’Etat.

De l’ivoirité à la réforme constitutionnelle
Bédié s’exile en France mais le calvaire d’Alassane Ouattara ne s’arrête pour autant avec le général Guei nouveau chef de l’Etat.

La nouvelle constitution exige que les candidats soient nés de parents ivoiriens. Ouattara, au cœur d’un débat sur ses origines burkinabè depuis l’arrivée au pouvoir de Bédié, va se voir de nouveau exclu de la course à la magistrature suprême.

Lors des élections de 2000, le général Robert Guéï tente de se maintenir au pouvoir alors que la Commission Electorale Indépendante (CEI) proclame des résultats qui augurent la victoire de Laurent Gbagbo.

A l’appel du Front populaire ivoirien de Laurent Gbagbo, des milliers de personne descendent dans la rue et provoque la chute du régime militaire du général Robert Guéï. C’est l’heure de grâce pour l’opposant historique investi le 26 octobre 2000 par le Conseil Constitutionnel comme quatrième président de la Côte d’Ivoire.

Le pays ne connait pas pour autant la stabilité. Le 19 septembre 2002, alors qu’il était en Italie, Laurent Gbagbo est victime d’une tentative de coup d’Etat qui va se muer en rébellion.

Des centaines d’homme armés dirigés par Guillaume Soro au sein du Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire (MPCI), vont occuper certaines villes du nord dont Bouaké.

Cette nouvelle crise va rapprocher Bédié et Ouattara, en froid depuis le décès d’Houphouët Boigny.

10 ans de guéguerre entre les ‘héritiers’ du père de la Nation ivoirienne vont prendre fin sur fond de bruit de bottes.

Le rapprochement au sein de l’opposition
La recherche d’une solution politique à la crise ivoirienne va rapprocher le Rassemblement des Républicains (RDR) et le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) aussi bien à l’Assemblée Nationale que dans les prises de position face au régime Gbagbo.

Côte d’Ivoire
En raison de la crise, l’élection présidentielle de 2005 a été repoussé à plusieurs reprises pour finalement avoir lieu en 2010.

Sur la base des acquis de l’accord de Pretoria, Alassane Ouattara est autorisé à être candidat.

Lors du second tour, la relation Bédié-Ouattara va se renforcer.

Arrivé 3ème, Bédié appelle à voter pour ‘son petit frère’ au détriment de Laurent Gbagbo : l’alliance du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix est née !

Cette alliance subsistera après la crise post-électorale qui confirmera Alassane Ouattara dans ses fonctions de chef de l’Etat ivoirien.

Désormais l’un sans l’autre, le tandem Bédié-Ouattara dirige la Côte d’Ivoire au point où dans les rues d’Abidjan, on aime dire que “Bédié est le PCA de la Côte d’Ivoire et Ouattara son directeur général”.

De leur farouche opposition, les deux hommes sont arrivés à une harmonie surprenante au point d’avoir des rêves de parti unifié.

Une alliance qui a désormais sept ans mais que l’opposition ivoirienne qualifie toujours de circonstancielle.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment