12042020Headline:

Bongouanou : Charles Blé Goudé, apporte sa compassion et son soutien pour l’incendie de la résidence de Pascal AFFI N’Guessan

La campagne électorale de la présidentielle du 31 octobre en Côte d’Ivoire a dégénéré à Bongouanou en affrontements inter-communautaires opposant des Agnis, ethnie locale considérée comme proche de l’opposition et des Dioulas, musulmans venus du Nord et réputés proches du pouvoir.

Au moins deux personnes sont mortes dans les violences survenues dans ce fief d’un des candidats de l’opposition, Pascal Affi N’Guessan, ancien Premier ministre de l’ex-président Laurent Gbagbo, dont la maison a été incendiée. Au même jour de la tragédie, Charles Blé Goudé, Président du COJEP n’a pas manqué de réagir.

À quelques jours du 31 octobre, date à laquelle est supposée se tenir l’élection présidentielle en Côte d’ivoire, alors que l’opposition et les organisations internationales demandent le report dudit scrutin, la violence monte d’un cran.
En plus de plusieurs localités, la commune de Bongouanou a particulièrement été le théâtre de scènes de violences dont l’incendie de la résidence du Premier Ministre Pascal Affi N’Guessan, candidat déclaré et retenu pour la Présidentielle en Côte d’ivoire.
Des témoins parlent même de deux morts dont l’un est originaire du village d’Akakro, village maternel du candidat Pascal AFFI N’Guessan.
Par la présente, je voudrais condamner ces violences qui malheureusement ont entraîné des pertes en vies humaines. Je voudrais m’incliner devant les dépouilles des disparus et présenter mes condoléances les plus attristées à leurs différentes familles.
Je demande aux blessés d’accepter mes voeux de prompt rétablissement.
Au Premier Ministre et au candidat Affi N’Guessan, j’apporte ma compassion et mon soutien pour l’incendie de sa résidence et pour le traumatisme que vit la ville dont il est le président du conseil régional.
Je voudrais encore saisir cette occasion pour attirer l’attention des autorités ivoiriennes sur le risque qu’elles font courir à notre pays en rejetant du revers de la main tous les appels au REPORT de l’élection du 31 octobre prochain. Est-il besoin de rappeler qu’aucune ambition politique n’est au-dessus de la vie des ivoiriens ?
Tous les signes avant-coureurs de lendemains sombres sont là, sous nos yeux et nous interpellent tous. C’est pourquoi j’appelle une fois encore le pouvoir et particulièrement le Chef de l’État à convoquer un dialogue national afin de créer les conditions d’élections apaisées.
Une telle initiative aura l’avantage de préserver notre pays d’un autre traumatisme.
Que Dieu protège la Côte d’ivoire et tous ses habitants.
Fait à La Haye, 17 Octobre 2020
Charles Blé Goudé, Président du COJEP

Comments

comments

What Next?

Recent Articles