11222017Headline:

Bonoua: Ce que la chefferie demande pour les hommes qui portent des boucles d’oreilles

Les gardiens des lois traditionnelles Abouré tiennent à faire respecter les usages pour une meilleure cohabitation entre les communautés sociales et les individus.

L’ensemble de ces dispositions a été consigné dans un document officiel qui a été présenté solennellement il ya quelques mois à la population. Il est intitulé « Evolution et réadaptation des us et coutumes aux réalités de la vie sociale à Bonoua ».

Ces dispositions couvrent d’une part, les domaines du mariage, des cérémonies funéraires, de la succession, de l’adultère et du fétichisme. D’autre part, les inspirateurs de ces lois ont touché les aspects relatifs à la salubrité, au foncier rural et urbain, aux distractions et au mode vestimentaire de la jeunesse.

Sur ce dernier chapitre, les régulateurs de la vie sociale à Bonoua, ont arrêté : « le port de boucles d’oreilles par les jeunes hommes et celui des pantalons qui descendent, laissant apparaitre les culottes ou les fesses sont interdits à Bonoua ».

Les contrevenants à cette disposition, précise l’article concerné, seront contraints à s’acquitter d’une amende de 15 000 FCFA. Tout en étant soucieux de l’hygiène comportementale et vestimentaire de la jeunesse, les gardiens des lois traditionnelles se préoccupent tout aussi de la salubrité urbaine.

C’est pourquoi, réactualisant les dispositions antérieures, ils réaffirment en cette année que « tout abandon de véhicule en panne ou hors d’usage sur la voie publique ou aux abords de la chaussée au-delà de 15 jours est frappé d’une amende de 15000F ». Il en va de même du déversement des ordures dans les caniveaux.

Les nouvelles dispositions, soutiennent les M’Mans, la génération au pouvoir, sont censées établir un nouveau type de relations fondées sur le respect d’autrui, de l’environnement et des us et coutumes du terroir Abouré.

ARSENE KANGA

FratMat

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment