02032023Headline:

Brésil: Les fans de Pelé à la recherche de souvenirs dans sa ville natale

La détérioration de l’état de santé du “Roi” Pelé a relancé la curiosité pour la petite ville paisible de Tres Coraçoes de l’Etat du Minas Gerais, dans le sud-est du Brésil, où est né il y a 82 ans le prodige du football

Des fans de la légende brésilienne parcourent la ville de 75.000 habitants, à la recherche de rares souvenirs de Pelé, qui y est né dans une famille pauvre et y a passé les premières années de sa vie.

Cela fait exactement un mois que Pelé a été admis à l’hôpital Albert Einstein de Sao Paulo où il suivait depuis la fin 2021 une chimiothérapie pour un cancer du côlon. Dans son dernier bulletin il y a huit jours, l’hôpital évoquait une progression du cancer de Pelé ainsi qu'”une insuffisance rénale et cardiaque”.

La petite ville de Tres Coraçoes (Trois coeurs) est située à égale distance, environ 250 km, des trois grandes métropoles Belo Horizonte, Sao Paulo et Rio de Janeiro, et est entourée de plantations de café.

Sa célébrité, elle la doit à un seul fait: la naissance, en 1940, de Edson Arantes do Nascimento, Pelé.

Très jeune, Pelé avait changé de ville, avant d’entamer à l’adolescence sa carrière au Santos FC, près de Sao Paulo, où se trouve un musée Pelé, qui présente la majorité des souvenirs de lui.

A Tres Coraçoes, l’aggravation de sa maladie a amené davantage de visiteurs à la Maison Pelé, une réplique de sa première demeure, située dans une rue pentue, aux maisons basses, et qui porte son nom.

“Je n’étais jamais venu dans cette maison, qui a déjà dix ans”, dit à l’AFP-TV Neilor Henrique, un voisin de 41 ans. “Mais l’annonce de son hospitalisation m’a donné envie de la visiter”.

Construite sur la base des souvenirs de la mère de Pelé, Celeste Arantes do Nascimento, qui a 100 ans aujourd’hui, la maison montre les origines modestes de la famille: le strict minimum de meubles en bois, des matelas de paille, une vieille radio, un portrait encadré des parents sur un mur.

– Immense statue –

A quelques centaines de mètres de là, le petit musée Terra do Rei (Terre du Roi) expose des maillots de Santos signés de l’ex-footballeur, un ballon avec lequel il a joué et son acte de naissance.

Mais certains fans de Pelé espéraient en voir plus dans sa ville natale.

Rafael Antunes a fait un détour lors d’un voyage familial pour s’y rendre, à la recherche de souvenirs du “Roi”.

“J’ai trouvé peu de traces de lui dans la ville, quasiment aucune”, dit l’entrepreneur de 43 ans, peu impressionné par l’immense statue de Pelé qui trône à l’entrée de Tres Coraçoes.

“Je trouve que cela relève d’un certain manque de respect pour le rôle qu’il a joué pour le football et notre pays”, dit-il du seul footballeur à jamais avoir remporté trois fois la Coupe du monde.

Mais pour Fernando Ortiz, ami de la famille du légendaire numéro 10 de la Seleçao, l’explication vient d’ailleurs.

“Beaucoup de Brésiliens ne supportent pas de voir leurs compatriotes réussir. Et quand il s’agit d’un Brésilien noir, le rejet est encore plus fort”, explique ce sexagénaire, qui est à l’origine de la construction de la Maison Pelé.

“Hélas je pense que si Pelé avait été un Blanc aux yeux clairs, il aurait été accepté par tous”.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles