07212017Headline:

Burkina: Affaire mandat d’arrêt contre Soro/Roch Kaboré sort de son silence:Ce qu’il dit

roch-kabore1

Burkina-Côte d’Ivoire: «Il n’a jamais été question de lever le mandat d’arrêt contre Soro», précise Roch Kabore

Le président Du Burkina FasoRoch Kabore  s’est exprimé dans un entretien accordé ce week-end à la chaine TV5, sur les mandats d’arrêts lancés contre GuillaumeSoro  et Blaise Compaoré.

Il a précisé que contrairement à l’information qui faisait cas de vouloir regeler le problème du président de l’Assemblée nationale ivoirienne par voie diplomatique, comme préconisé par son homologue Alassane Ouattara, il n’a jamais voulu tordre le bras à la justice.

« Pour nous, nous disons que nous sommes dans un Etat de droit et nous sommes soucieux de l’indépendance de la justice. C’est pour cela que lorsque le Président Alassane Ouattara a dit qu’il souhaitait que nous en discutions au plan diplomatique, nous avons estimé que nous pouvions poursuivre ce débat diplomatique qui est un débat de renforcement de la coopération et de l’amitié entre nos deux pays, tout en considérant également que lajustice  à son indépendance et poursuit son travail » , a indiqué le président du Faso, avant d’ajouter .

« D’aucuns ont laissé comprendre que le Président du Faso a voulu tordre le bras à lajustice pour demander instamment qu’on lève le mandat d’arrêt contre Guillaume Soro, mais cela n’a jamais été le cas. Et je crois que les discussions qui sont menées aujourd’hui au sein du corps judiciaire sont des discussions qui ont trait à la qualité et à la procédure avec lesquelles les mandats d’arrêt ont été établis. »

Concernant le cas de l’ex président Burkinabé réfugié à Abidjan depuis sa chute octobre 2014 , il a déclaré que si ce dernier voulait revenir dans son pays, il devra répondre à la convocation de lajustice  , même s’il aurait acquis la nationalité ivoirienne comme l’indique, de nombreuses sources .

« Nous avons dit simplement que nous devons travailler à la réconciliation nationale et que cette réconciliation nationale passe par la vérité, lajustice  et le pardon. Pour nous, si BlaiseCompaoré  veut revenir dans son pays, il devra répondre devant lajustice  de ce pourquoi, il est accusé. Ce n’est pas plus compliqué que cela. Il a le droit de revenir mais voilà la condition et comme je le dis nul n’est au-dessus de la loi », a expliqué Roch Kabore, avant de se prononcer sur son extradition.

« Pour l’instant nous l’avons demandé mais nous n’avons pas encore de résultats. Nous avons par ailleurs appris qu’il a acquis la nationalité ivoirienne et que par conséquent selon des textes, on ne doit pas extrader des Ivoiriens vers d’autres pays. Vous savez, en matière de droit on peut trouver beaucoup de subterfuges. Pour l’instant, notre mandat d’arrêt est toujours d’actualité en ce qui le concerne et en ce qui concerne les autres Burkinabè pour lesquels des mandats d’arrêt ont été déposés auprès de la Côte d’Ivoire. »

Les mandats d’Arrêts contre GuillaumeSoro  pour son rôle joué lors du coup d’Etat manqué de septembre 2015, et Blaise Compaoré pour sa présumée responsabilité dans la mort de Thomas Sankara en 1987 sont toujours en vigueur.

Donatien Kautcha, Abidjan

koaci

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment