12112017Headline:

Burkina -Côte d’Ivoire: Ce coup de colère du président Ouattara

soro,hamed

Présent mardi 29 décembre à l’investiture à Ouagadougou du nouveau président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, son homologue ivoirien Alassane Ouattara était très attendu par les Burkinabé depuis que les relations déjà compliquées entre les deux voisins après l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre  2014, se sont dégradées avec la tentative de coup d’Etat avortée perpétrée le 17 septembre dernier par le général Diendéré. En effet, l’affaire des écoutes téléphoniques  entre le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, et le général de gendarmerie, Djibril Bassolé, accusé d’atteinte à la sûreté de l’État dans le putsch manqué, et le mandat d’arrêt international lancé contre l’ancien président Blaise Compaoré pour son implication présumée dans l’assassinat en octobre 1987 du chef historique de la révolution burkinabè Thomas Sankara ont refroidi les relations entre Abidjan et Ouaga.

Hamed Bakayoko,  en démineur à Ouaga

Dans un souci de détente, le président Ouattara avait dépêché pour déminer le terrain, avant son voyage au Burkina Faso, son ministre de l’intérieur Hamed  Bakayoko, réputé proche  de Roch Kaboré. L’opération n’a visiblement pas servi à grand-chose. Car le nouveau président burkinabé a choisi dans son discours d’investiture de charger très violemment Blaise Compaoré : « Les graves problèmes de gouvernances qui ont failli plonger le pays dans la guerre civile ont des causes et des responsables, a-t-il martelé. En toute humilité, chacun doit reconnaître et assumer sa part de responsabilité et éviter les fuites en avant inutiles. C’est pourquoi, la vérité et la justice doivent être préalablement recherchées pour que la paix des coeurs décuple nos énergies afin que nous soyons capables de nous pardonner effectivement et sincèrement« .

Signe de son agacement après cette charge contre Compaoré,  le président Ouattara n’a pas pris part à la photo de famille avec la dizaine des chefs d’États présents à l’investiture du mardi 29 décembre à Ouagadougou.

Dans l’entourage de Roch, on feint la surprise de voir Ouattara s’agacer des comptes demandés à Compaoré, en rappelant que lui-même n’a pas hésité à extrader son pire ennemi, Laurent Gbagbo à la cour pénale internationale suite à la crise post-électorale de 2011 qui a fait environ 3000 victimes.

La redaction de Mondafrique

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment