12032022Headline:

Burkina: « équipements militaires, VDP, coopération internationale », le Premier ministre égrène les sujets

Des « acquisitions assez solides et assez consistantes ont été faites », a rassuré dimanche 30 octobre 2022, le Premier ministre du Burkina Faso, Appolinaire Joachim Kyelem de Tambela, alors qu’il abordait la situation sécuritaire du pays, sur la RTB-Télévision.

Pour sa première sortie médiatique, depuis son installation au poste de Premier ministre de la Transition burkinabè, le jeudi dernier, Me Appolinaire Joachim Kyelem de Tambela, était sur le plateau de l’édition de 20 heures de la RTB-Télévision, le dimanche 30 octobre 2022. Face aux journalistes, il a passé au peigne fin, plusieurs sujets de l’actualité nationale du Burkina Faso.

Sur le sujet de l’acquisition du matériel militaire, il s’est voulu rassurant. En effet, il a insisté sur le fait que des « acquisitions assez solides et assez consistantes ont été faites« . « Ces acquisitions se poursuivent. Le chef de l’Etat est sur ce dossier », a-t-il affirmé.

L’opération de recrutement des 50 000 VDP a aussi été abordée lors des échanges. Pour le Premier ministre, personne ne peut faire le bonheur des Burkinabè à leur place. « Nous sommes convaincus que c’est à nous de défendre notre pays. C’est aux Burkinabè de défendre leur territoire. C’est pourquoi, nous appelons les Burkinabè à s’engager sans discrimination d’âge ni de sexe pour la défense du territoire« , a-t-il exhorté.

Puis, il a ajouté que l’avenir des VDP sera dans l’intégration dans l’armée. « Le chef de l’Etat m’a assuré que le recrutement dans l’armée se fera à travers les VDP. Ils seront prioritaires dans l’intégration dans l’armée », a affirmé Me Appolinaire Kyelem de Tambela.

Privilégier l’intérêt du Burkina Faso
Pour ce qui est de la coopération internationale, le Premier ministre du Burkina Faso a indiqué que c’est l’intérêt du pays qui sera pris en compte. « Toute coopération qui peut servir l’intérêt du Burkina Faso est la bienvenue. Toute coopération qui contribue à renforcer la souveraineté du Burkina Faso et à améliorer les conditions de vie des Burkinabè est la bienvenue, d’où qu’elle vienne », a-t-il martelé.

Sur cette question, il s’est adressé aux pro-Russie qui appellent à une rupture des relations d’avec la France. A l’entendre, ce n’est pas à la rue de définir la démarche gouvernementale. « Ceux qui marchent, il y a des éléments que nous détenons et qu’ils n’ont pas. Nous gouvernerons en fonction des éléments à notre disposition et pour l’intérêt du Burkina Faso », a-t-il exprimé.

« Le meilleur soutien au régime c’est d’aller au front »
Pour la question de la réduction du prix du carburant, le chef du gouvernement a dit étudier la possibilité, avec le chef de l’Etat.

Néanmoins, il a déclaré que ce n’est pas facile pour deux raisons : le Burkina Faso n’est pas un pays producteur de pétrole et une baisse du prix du carburant à un certain niveau pourrait entretenir la contrebande.

De son avis, le peuple occupe une place centrale dans la réussite de la mission du gouvernement. « C’est au peuple de contribuer à la réussite de la mission gouvernementale. C’est la mission par le peuple et pour le peuple. Nous appelons le peuple à prendre conscience de ses responsabilités et à se mettre au travail. Il faut que le peuple se mobilise. Le meilleur soutien au régime c’est d’aller au front. C’est d’aider à lutter contre le terrorisme. C’est la lutte contre le terrorisme qui doit vérifier le patriotisme de tout un chacun« , a-t-il invité.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles