03272017Headline:

Burkina/Mandats d’arrêt Soro et Compaoré:Le president Roch Kaboré se prononce

compaore kabore

Jusqu’à preuve du contraire, les mandats d’arrêt sont toujours en vigueur” a affirmé au sujet des affaires Guillaume Soro et Blaise Compaoré, dimanche depuis Bobo Dioulasso le président Roch Marc Kaboré.

Kaboré sur les Affaires Soro et Compaoré: «Jusqu’à preuve du contraire, les mandats d’arrêt sont toujours en vigueur»

“Le tribunal militaire s’occupe de l’ensemble de ces dossiers. Il y a une séparation des pouvoirs” a poursuivit le président burkinabé lors d’une conférence de presse sur les 100 premiers jours de sa gestion.

Ce dernier ajoute néanmoins sur ces deux dossiers suivis très attentivement par les observateurs, que la voie diplomatique doit être privilégiée avec le voisin ivoirien qui a, au delà de l’accueillir sur son sol, offert la nationalité ivoirienne à l’ancien despote burkinabé pour compliquer son extradition. “Même si nous devons faire la bagarre avec la Côte d’Ivoire, nous serons tous les deux perdants (…). Nous devons privilégier la voie diplomatique” a précisé Kaboré.

Pour rappel l’ivoirien Soro est poursuivi pour être le principal instigateur supposé du coup d’Etat raté de septembre 2015 au Burkina, conformément aux contenus d’écoutes téléphoniques rendues publiques, et Compaoré, comme principal suspect dans l’affaire du meurtre de Thomas Sankara.

Par ailleurs au sujet de l’ancien premier ministre le général Yacouba Isaac Zida, cité dans plusieurs affaires de malversations alors qu’il était à la tête de la transition, la président Kaboré a indiqué qu’il n’a d’autre choix que de rentrer pour, selon ses propos: ”lever le voile de suspicion qui pèse sur lui”.

En séjour aux États-Unis, depuis la fin de la transition en décembre dernier, l’ancien premier ministre et éphémère président de la transition, Yacouba Zida est cité dans des affaires de malversations, notamment l’acquisition à vil prix de terrains dans le quartier huppé de Ouaga 2000.

”Le Général Zida a demandé une permission qui a expiré depuis le 19 mars, (mais) n’est pas encore rentré. En tout état de cause, il n’a pas de choix que de rentrer en avril pour lever le voile de suspicion qui pèse sur lui” a indiqué le président Kaboré.

”Nous n’avons pas besoin de lui donner des injonctions pour cela”, a estimé M. Kaboré.

En mi-mars, le gouvernement avait abrogé la nomination du général Yacouba Isaac Zida, comme ”Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso auprès des Etats- Unis d’Amérique, avec résidence à Washington par le président Michel Kafando.

Devant se rendre en France le 5 avril prochain, le président Kaboré a, également évoqué le déploiement prochain d’une unité de la Gendarmerie française au Burkina.

”Concernant le déploiement du GIGN, nous avons eu cette information comme vous sur France Inter, a regretté M. Kaboré. Nous avons considéré que nous ne nous sentons pas concernés. Le minimum dans cette matière, c’est d’informer les plus hautes autorités du pays et de voir s’il y a la possibilité ou non de le faire”.

”Toute information que nous apprenons par la radio n’engage que ceux qui font leurs déclarations et ne nous engagent pas, puisque de façon officielle, nous n’avons pas été saisis sur ce déploiement”, a-t-il souligné, précisant avoir ”d’ailleurs le même jour, dit à l’ambassadeur de France tout notre mécontentement sur cette procédure”.

Outre cette question qui sera abordé lors de ce séjour de 48 heures, une signature d’accord entre la France et la nationale de fourniture d’eau et des entretiens entre secteur privé français et entrepreneurs burkinabé, a précisé M. Kaboré.

Boa, Ouagadougou

koaci

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment