08162017Headline:

Cache d’armes chez Soul To Soul !L’aveu d’impuissance du procureur Adou Richard/Y a-t-il déjà  des inculpations ?

Combien de personnes ont été auditionnées dans le cadre de cette enquête ?

Il y a déjà eu quinze auditions de sept personnes. Il y a d’autres auditions en cours de préparation.

Y a-t-il déjà  des inculpations ?

A cet stade, nous sommes  au niveau de l’enquête préliminaire au niveau de la gendarmerie et je l’ai indiqué c’est au niveau de la brigade de recherche de la gendarmerie d’Abidjan.  Les enquêtes ont lieu à la fois à Abidjan et à  Bouaké. C’est principalement pour l’instant sur ces deux grandes villes.

Vous avez  indiqué  que c’est une quantité d’armes qui a été découverte. Peut-on savoir la proportion de ces armes que vous avez déjà récupérées ?

 Je ne pourrai pas faire d’énumération parce que ce sont des armes de guerre et cela a été confirmé. Je sais qu’il y a des lance-roquettes, des Rpg, des kalachnikovs. Je ne peux pas vous faire d’énumération exhaustive mais sachez qu’une partie de ces armes a été retrouvée et  certaines sont encore dans la nature et c’est ce que nous nous attelons à retrouver.

 Vous indiquiez que le procureur n’a pas que pour rôle de faire des arrestations mais de procéder à la manifestation de la vérité. Et  si celui chez qui ces armes ont été retrouvées était un citoyen ordinaire et pas un proche de Soro, serait-il arrêté ?

Nous avons indiqué que c’est une découverte de cache d’armes qui emprunte un circuit  pour arriver où elles ont été découvertes. Nous aurions pu nous précipiter et ne pas savoir comment ces armes sont arrivées là. Il s’agit d’aller au fond de l’enquête. Et aller au fond des choses ne veut pas dire qu’il faut procéder à des arrestations. Il  faut rechercher, fouiller, voire de façon minutieuse et approfondir ce qui s’est passé. Rechercher  aussi s’il y a d’autres caches d’armes. Il faut savoir qu’il est important de savoir ce qui s’est passé. C’est pourquoi nous ne nous précipitons pas sur la personne qui est en face de nous.

Des enquêteurs de l’Onu ont été également annoncés dans cette enquête. Où en est-on avec ces enquêteurs onusiens ?  

Pour le moment, nous enquêtons sur la cache d’armes de Bouaké.  D’autres caches d’armes peuvent exister. C’est pourquoi nous avons pris une réquisition qui permet aux officiers de la police judiciaire de pouvoir rechercher des caches d’armes sur l’ensemble du territoire ivoirien.  Evidemment, ce sont des armes de guerre dont la technicité demande qu’il y ait des professionnels. Donc ceux qui arrivent  et qui peuvent nous apporter leur  expertise  sont les bien venus. Et pour le moment, ces enquêteurs ont pris langue avec nous et nous essayons de travailler avec eux. C’est un domaine très technique pour lequel nous avons besoin de professionnels, d’experts pour  que ceux-là apportent leur concours à la manifestation de la vérité.

Si les enquêtes démontraient que  ces armes appartenaient à Soul To Soul, est-ce qu’il y aurait un procès contre ce proche de Soro ?

  L’enquête nous permet de rechercher les auteurs des caches d’armes, d’appréhender tous ceux qui, de près ou de loin, ont participé à cette opération. Les résultats préliminaires de l’enquête seront exploités par une juge d’instruction. Une fois que ce dernier aura fini sa mission, les personnes qui seront indexées passeront devant les juridictions pour répondre de leurs actes. L’entreposage, la détention d’armes de guerre  permet d’appliquer des peines  allant  de 10 à 20 années d’emprisonnement. Il n’y a que le tribunal qui pourra prononcer ces peines si éventuellement  la responsabilité pénale de ses personnes est établie.

Combien temps va durer cette enquête ?

Je ne peux  pas vous dire combien temps ces enquêtes vont durer. Mais ce qu’il faut savoir, c’est  que cela va aboutir à la manifestation de la vérité.

Est- ce que  les armes emporté par les mutins ont été retrouvées ?

Le début des enquêtes est frappé du sceau de secret. Mais sachez qu’une partie de ces armes a été retrouvés et une autre partie est en voie de l’être.  Le procureur militaire a été saisi. Et grâce au chef hiérarchique de ces mutins, nous avons pu récupérer une partie de ces armes.

Est-ce que M. Soul to soul est sous un régime particulier ? 

M. Soul to soul a déjà été entendu plusieurs fois. Evidemment, celui contre qui une enquête a été ouverte a des obligations et des droits et on le lui a déjà notifié. Je ne peux vous les énumérer ici mais sachez qu’il n’a pas liberté d’aller et de venir comme le citoyen normal le ferait sans se référer au procureur de la république que je suis dans le cadre de cette enquête.

bonsoirafrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment