08192019Headline:

Ces 9 chefs d’État Africains qui ont fuit leurs palais

Délogés par des coups d’État, des rébellions ou des révolutions, de nombreux chefs d’État africains ont définitivement quitté leurs palais dans des conditions parfois rocambolesques. De Mobutu à Amadou Toumani Touré en passant par Ben Ali, voici quelques-uns des dirigeants “fuyards” les plus célèbres du continent.

Mobutu Sese Seko quittant Kinshasa à bord d’un imposant cortège de berlines, Henri Konan Bédié fonçant sur la lagune d’Abidjan à bord d’un zodiac, ou, plus récemment, Amadou Toumani Touré dévalant la colline de Koulouba à Bamako… Ces dernières années, plusieurs chefs d’État africains ont été contraints de quitter le pouvoir en catastrophe, poussés vers la sortie par des putschistes, des rebelles, ou encore leur propre peuple. Jeune Afrique vous propose de revenir sur l’histoire mouvementée de certains d’entre eux, sans aucune prétention d’exhaustivité.

                                                          Guei Robert

guei robert

 

Bédié a été renversé par un coup sur la veille de Noël 1999. Bien que le coup n’a pas été conduit par Guéï , le général populaire a été encouragé sortir de sa retraite à la tête de la junte jusqu’à ce que les prochaines élections . Lors des élections Octobre en 2000, Guéï a été vaincu par Laurent Gbagbo du Front populaire ivoirien , mais il a refusé de reconnaître le résultat et il a fallu une série de manifestations de rue pour amener Gbagbo au pouvoir . Guéï a fui à Gouessesso , près de la frontière libérienne.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment