12122017Headline:

Charles Konan Banny se révolte: Voici pourquoi “Ouattara n’est plus mon ami”

JA

Dans une interview à paraitre ce lundi 15 juin 2015 dans Jeune Afrique, Charles Konan Banny confirme son opposition à Alassane Ouattara. Bien au-delà des divergences politiques, Banny affirme que Ouattara n’est plus son ami.

Après avoir décidé de ne pas respecter l’Appel de Daoukro en déclarant sa candidature lors de la prochaine présidentielle d’octobre 2015, Charles Konan Banny ne savait certainement pas ce qui l’attendait.

Aujourd’hui, il est sûr de son combat contre son adversaire et désormais ex-ami, Alassane Ouattara.

Banny affirme à nos confrères de Jeune Afrique que le président Alassane Ouattara conçoit l’amitié en termes de soumission et non en termes de relation fraternelle.

“Je ne comprends pas l’attitude de mon ami pour qui j’ai battu campagne au deuxième tour de la présidentielle de 2010 contre Laurent Gbagbo. Alassane Ouattara a été mon ami, cela fait trente ou quarante ans que nous nous connaissons. Pour le reste, chacun jugera“, avoue-t-il amèrement.

Tout en dénonçant les pratiques qu’il juge d’un autre âge, Banny accuse le Président Ivoirien d’avoir sali son nom dans les présumés 16 milliards détournés à la CDVR.

«Je pensais qu’il allait rompre avec les pratiques d’un autre âge. Cela n’a pas été le cas. Les libertés publiques ne sont pas une préoccupation pour lui : au surlendemain de l’annonce de ma candidature à la présidentielle, en décembre dernier, trois personnes de mon entourage ont été embastillées. C’est insupportable !»

S’agissant de l’Appel de Daoukro, l’ex-premier ministre s’étonne de la réaction des membres de sa famille politique, le PDCI-RDA.

«Ce n’est pas démocratique. Et je refuse de telles méthodes ! A ceux qui ont la courte mémoire, je rappelle que j’avais proposé une candidature unique RDR-PDCI en 2010. Alassane Ouattara avait refusé même d’aborder la question», a lâché l’ex-président de la CDVR.

Charles Konan Banny a condamné enfin la présence de Laurent Gbagbo à La Haye. Selon lui, à la place du Président Ouattara, il aurait fait un autre choix que d’envoyer l’ex-président à la CPI.

«Pour battre Ouattara, je préférerais qu’il n’y en ait qu’un mais rien n’est décidé. (…) Avec lui, c’est une partie de la Côte d’Ivoire qui est en prison. Laurent Gbagbo a été le président qui est resté le plus longtemps en exercice après Félix Houphouët-Boigny. Pour les ivoiriens, c’est blessant de le savoir là-bas, et si j’avais eu à en décider, j’en aurais décidé autrement», a-t-il conclu dans un entretien avec nos confrères de Jeune Afrique.

Vous aurez l’exclusivité de l’interview dans les heures à venir.

S.D

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment