10242018Headline:

CIP: Laurent Gbagbo et Blé Goudé se retrouvent à nouveau devant les juges de la Cpi le lundi 1er octobre prochain avec un brin d’espoir de sortie de prison.

S’il est une date que ses partisans attendent, impatients, c’est celle du 1er octobre 2019. A cette échéance, le procès de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, reprendra devant la Cour pénale internationale (Cpi). C’est un grand jour pour ses fans. Pour une raison, au moins. Ils espèrent intimement que l’ex-chef d’État soupçonné de crimes contre l’humanité, soit «acquitté partiellement ou totalement» comme souhaité par ses avocats.

Ses partisans y croient et ne lésinent pas sur les efforts matériels et financiers. Ils se préparent à envahir La Haye le 1er octobre prochain. Pour Stéphane Kipré, l’un des organisateurs du voyage et par ailleurs vice-président de Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (Eds), chargé de la diaspora, la Côte d’Ivoire a besoin de se réconcilier ; et cette réconciliation souhaitée par l’ensemble de la population passe par la libération du président Laurent Gbagbo. « C’est ce message que nous entendons passer à la Cpi ce 1er octobre. La mobilisation de tous les Africains, qui n’a jamais fait défaut, doit être rééditée car nous sommes quasiment au bout du tunnel», a indiqué M. Kipré, également président de l’Union des nouvelles générations (Ung).

Les uns s’organisent pour rallier La Haye depuis les grandes villes françaises. «Pour le départ de Paris, 25 cars sont mobilisés. Il y aura également des départs depuis l’Italie, l’Allemagne, la Belgique, l’Angleterre et Lyon, en France», a précisé Fabrice Lago dit Steve Beko, secrétaire général adjoint de l’Ung chargé de la communication et du marketing politique. «Notre objectif est de dire à la Cpi qu’après qu’on ait écouté les témoins de l’Accusation et qu’il n’y a rien, il faut libérer le président Laurent Gbagbo», a jouté le proche de Stéphane Kipré.

Les organisateurs attendent plus de 5000 personnes dans la ville de La Haye. Selon nos informations, le voyage est prévu pour le 30 septembre, à 22h. Le lieu de départ est Paris (France), à la place de la République. Une fois sur place, une marche va partir de la prison de Shevenigen en passant devant le tribunal, pour s’achever à la gare centrale de train de La Haye. En ce lieu, un camion-podium sera dressé pour un meeting avec plusieurs intervenants. Raison pour laquelle, à l’invitation du président Stéphane Kipré, vice-président de Eds en charge la diaspora, le président Georges- Armand Ouegnin et une délégation du Front populaire ivoirien – camp Sangaré – venue spécialement d’Abidjan, ont répondu présent. Le Cojep n’a pas voulu rester en marge et a dépêché son premier responsable, le professeur Hyacinthe Nogbou, sans oublier Paul Arnaud Bohui, 1er vice-président de l’Union des nouvelles générations, qui conduit une forte délégation de son parti.

Plus de sept mois après l’audition du dernier témoin de l’Accusation dans le procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devant la Cour pénale internationale (Cpi), leurs avocats demandent l’acquittement partiel ou total. Les juges devront d’abord dire s’ils acceptent leurs requêtes avant de se prononcer sur le fond. Une procédure qui pourrait encore prendre plusieurs mois. Il faut noter que ce nouveau développement dans le procès des anciens dirigeants ivoiriens intervient à un moment où la Cpi est violemment critiquée. A la tribune de l’Onu, mardi 25 septembre dernier, à l’occasion de la 73è assemblée générale des Nations unies, le président américain, Donald Trump, a ouvertement remis en cause la légitimité et l’autorité de la juridiction internationale. De quoi doper davantage les partisans de Laurent Gbagbo qui espèrent que leur champion recouvre la liberté après l’audience de ce 1er octobre 2018. Le verdict des juges pourra être connu dans les jours qui suivent.

Cyrille DJEDJED

 

jeune afrique

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment