03202023Headline:

Cisjordanie occupée: colère et deuil chez les proches du Palestinien tué par les colons à Huwara

Sur des chaises en plastique, des hommes s’échangent du café et des dattes, dans le village de Zatara, là où le Sheikh Sameh Aqtash, 37 ans, a été tué la veille. Waseel est le plus âgé de ses six frères. Devant la maison familiale, il reçoit les condoléances des proches et des voisins. « Sameh, que Dieu lui accorde sa miséricorde, il voulait toujours aider, dit-il, en Palestine mais aussi ailleurs. Dès qu’il avait entendu pour le séisme, il était directement parti apporter son aide en Turquie. »

« Ce dimanche, c’était sa famille qu’il voulait protéger des attaques des colons. Ils étaient des centaines, jetaient des pierres, certains étaient armés, protégés par les soldats », continue son frère.

« Le Sheikh était au premier rang, poursuit Yazan Aqtash, le neveu de la victime,
Les secouristes doivent faire vite pour éviter l’hémorragie, mais les routes sont bloquées, les colons partout. Impossible de passer par la voie principale.

« Nous avons dû prendre un chemin de terre, plus long entre sa maison et Zatara. Nous l’avons transféré dans un premier véhicule jusqu’à un autre jusqu’à ce qu’il atteigne l’ambulance. Cela a pris plus de 15 minutes. Puis, nous avons essayé de le transférer à Naplouse, mais les colons occupaient toutes les routes et empêchaient les ambulances d’accéder à la zone. »

Sameh Aqtash est mort de ses blessures. « En temps normal, nous aurions pu arriver à l’hôpital », conclut le secouriste.

What Next?

Recent Articles