12012022Headline:

Colombie : 14 policiers blessés dans des affrontements avec des autochtones déplacés

Au moins 14 policiers ont été blessés mercredi 19 octobre à Bogota lors d’affrontements avec des autochtones déplacés par les violences armées en Colombie et qui vivent désormais dans la capitale dans des conditions précaires, selon le ministre de la Défense.

Les autochtones du peuple Embera manifestaient dans le centre de Bogota pour dénoncer les mauvaises conditions de vie dans le foyer où ils sont accueillis, a expliqué l’ONG Temblores.

Violation des «droits de l’homme»

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des manifestants s’en prendre aux policiers avec des matraques en bois, et un homme en uniforme gisant sur le sol pendant qu’il est roué de coups par la foule.

«Rien ne justifie l’agression de 14 policiers cet après-midi par des indigènes à Bogota. Les agresseurs doivent être poursuivis et punis», a écrit le ministre de la Défense Ivan Velasquez sur Twitter.

Le président Gustavo Petro a pour sa part tweeté : «L’agression d’un policier ne sera jamais une forme de protestation (…) Celui qui agresse un policier qui n’est pas en mesure de se défendre viole également les droits de l’homme». Selon Temblores, une organisation qui observe la contestation sociale dans le pays, 16 autres personnes, dont 11 fonctionnaires de la mairie de Bogota, ont également été blessées.

Conditions précaires

Des centaines d’autochtones Embera vivent dans des conditions précaires depuis 2020 à Bogota, où ils sont arrivés après avoir été chassés par des groupes armés de leurs villages dans les départements de Choco (Nord-Ouest) et Risaralda (Centre-Ouest).

Pendant des mois, ils ont campé dans le Parc National, au cœur de la capitale, avant d’être transférés en mai dans un foyer où ils affirment avoir été abandonnés par l’Etat.

Suite aux affrontements de mercredi, la police a publié une affiche avec des photographies de 18 des personnes impliquées dans les violences, et a offert une récompense d’environ 10.000 dollars pour des informations permettant de les interpeller.

Les populations autochtones de Colombie sont fréquemment victimes de racisme et prises pour cibles par les groupes armés financés par les narcotrafiquants. Selon l’Organisation nationale indigène de Colombie, au moins 2200 membres du peuple Embera ont été déplacés par les violences.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles