09202017Headline:

Compaoré en danger/Pour finir à Daloa, Ouattara évoque le nom de Gbagbo,ce qu’il dit

Compaoréet alassane

Ouattara termine sa visite d’Etat

La visite d’Etat du président ivoirien Alassane Ouattara occupe une place de choix dans les titres de la presse ivoirienne du jour. Le chef de l’Etat qui a achevé cette tournée dans le Haut-Sassandra par une conférence de presse. A cette occasion, Le Patriote indique que le chef de l’Etat est revenu sur le cas de Laurent Gbagbo qu’il n’a nullement évoqué dans ses interventions. « C’est par décence que je n’ai pas évoqué le nom de Gbagbo », titre le journal. « Il doit beaucoup manquer aux parents. C’est donc par décence que je n’ai pas voulu évoquer le nom de l’ancien président », a déclaré le président ivoirien.

Notre Voie, proche de l’ancien président revient également sur cette affaire. « A propos de Laurent Gbagbo: Ouattara tente de se racheter à Daloa », peut-t-on lire en manchette du journal. Pour le quotidien, « ces propos n’ont pas d’autre fondement qu’une opération de rachat à l’égard des électeurs ivoiriens qui, on le sait, portent beaucoup en estime celui qui est poursuivi devant la CPI ».

Au cours de ses échanges avec les journalistes, Alassane Ouattara n’a pas manqué de mettre en garde ses collaborateurs. « Le chef de l’Etat en conférence de presse hier à Dalaoa: ‘’je mets en garde ceux qui gèrent les deniers publics », livre le journal à sa Une. « Nous allons réduire les impôts et les taxes »,a également fait savoir le chef de l’Etat.

De ce meeting de clôture, Soir Info retient des incidents. « Hier, au meeting de clôture du chef de l’Etat à Daloa: plusieurs victimes dont des cas graves », barre le quotidien qui explique que, « certaines victimes ont été terrassées par des crise d’épilepsie, d’hypoglycémie, de vertige, de convulsions, d’hypertension, des céphalées et surtout des blessures ouvertes au crâne, aux pieds ».

Compaoré en danger

La crise au Burkina Faso bien que terminée continue de faire jaser. Notamment, au sein des journaux proches de l’opposition. Selon Notre Voie, la question d’un transfèrement de l’ancien président Blaise Compaoré vers la CPI doit désormais être posée. « Après l’échec du putsch de ses hommes: Blaise Compaoré vers la CPI? ». « Maintenant que les choses sont rentrées dans l’ordre et que la transition a repris tous ses droits, quel va être le sort réservé à Blaise Compaoré? », interroge le journal.

De son côté, Le Temps met en relation ce coup d’Etat avec le gouvernement ivoirien. « Fin du putsch au Burkina Faso: Abidjan dans le collimateur de l’Elysée », livre à sa Une le journal qui indique que la position du pouvoir ivoirien lors de ce coup d’Etat a davantage « alourdi les relations entre Paris et Abidjan ».

Linfodrome

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment