08202017Headline:

Confidentiel: La dévaluation du Fcfa au cœur des échanges entre Macron, Ouattara et Macky. Ce qui a été décidé

Derrière le protocole et les discussions bilatérales convenues entre, d’un côté, Macron-Ouattara, et, de l’autre, Macron-Sall, personne n’a su que les visites d’Alassane Ouattara, le Président ivoirien, et de Macky Sall, le Président sénégalais, étaient liées.

Les déclarations communes qui ont suivi reprennent les éléments de langage habituels de la diplomatie : liens historiques, amitié partagée, coopération renforcée dans tous les domaines, mais rien n’a été dit sur un autre sujet de ces rencontres et la préoccupation majeure du Président français et des deux Chefs d’État africains.

Pendant que des médias entretiennent la « fake new » d’une rivalité entre Ouattara et Sall, le Président ivoirien et le Président sénégalais, en lien avec la France, avancent la main dans la main, dans un souci d’étroite coopération, sur le sujet principal des rencontres à l’Elysée, la situation économique des deux « zones franc » : l’UEMOA (l’Union économique et monétaire ouest-africaine qui comprend le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo ), créée en 1994 sur les fondements de l’Union monétaire ouest-africaine, elle-même créée en 1973 ; la CEMAC (la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale qui réunit le Cameroun, la République Centrafricaine, la République du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad).

Aujourd’hui, une crise économique frappe les deux « zones franc ». L’UEMOA résiste mieux que la CEMAC. La question qui se pose est la suivante : faut-il dévaluer le franc CFA de la zone CEMAC ? Un rapport du Trésor public français, transmis au président Emmanuel Macron, recommande une unification des comptes des opérations des zones CEMAC et UEMOA, afin d’éviter une dévaluation de la monnaie utilisée en Afrique Centrale, à une parité qui serait désormais fixée 1300 FCFA pour un Euro.

Telle est la raison des rencontres entre Macron et Ouattara et Macron et Macky Sall. Les Présidents ivoirien et sénégalais partagent le même point de vue : pas de dévaluation de FCFA de l’Afrique centrale, malgré une situation critique. La CEMAC est-elle à l’abri d’une dévaluation de sa monnaie ?

Quant à ceux qui prétendent qu’il faut abandonner le CFA et créer sa propre monnaie unique, ou revenir aux monnaies nationales pour régler le problème , ils font fi des réalités économiques. Il suffit de regarder la situation du dollar du Zimbabwe, la monnaie la plus faible au monde. L’idéologie et les réalités économiques ne font pas bon ménage.

L’avenir du FCFA en Afrique centrale : tel était le sujet qui explique les visites, au même moment, d’Alassane Ouattara et de Macky Sall chez Macron. Tous les autres sujets abordés, – lutte contre le terrorisme, coopération économique, stabilité politique dans les deux sous-régions -, sont certes très importants, mais ils s’inscrivent dans un ordre du jour habituel.

​​​​​​​​​​Alice Ouédraogo
Afrikipresse

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment