01262022Headline:

Conflit intercommunautaire : Bonoufla, scène de crime contre l’humanité

Bonoufla, département de Vavoua, dans la Région du Haut-Sassandra a connu une soirée une extrêmement tendue ce 21 décembre 2021.
Selon des source introduites, il s’agissait d’un affrontement qui s’est déclenché mardi aux environs de 20 heures GMT entre jeunes. Plusieurs maisons et magasins ont été pillés avant l’intervention des forces de l’ordre qui ont réussi à disperser la foule aux environs de minuit. Selon les explications du député Basile Gouali Dodo, cadre du parti septuagénaire et fils du village, via son profil Facebook, publié ce mercredi 22 décembre 2021, des jeunes voyous à la recherche du gain facile, des microbes voleurs ,casseurs de magasins, vendeurs de drogues ont pris en otage son village Bonoufla, le plus gros village du département de Vavoua.

« Les forces de l’ordre continuent depuis minuit de les contenir. Ce matin encore dans ce village de plus de 30000 âmes les populations sont enfermées et regardent à travers les fenêtres les forces de l’ordre en découdre avec ces voyous d’un autre âge qui sèment le trouble au sein d’une population autochtone, étrangère et allochtone qui vit en parfaite harmonie depuis des années. Des renforts de la gendarmerie nationale sont en direction du village », a-t-il expliqué.

Puis ajoute que « ce mercredi jour de marché du village mes parents Sokia, Gouro, Sénoufo, Worodougou, Baoulé, Maliens, Burkinabè, Guinéen, Nigérien … sont cloîtrés dans leurs maisons de fortune pendant que les voyous donnent du fil à retordre à nos braves Forces de l’ordre », a-t-il fait remarquer. Et souligne des blessés et dégâts matériels importants ont été constatés mercredi. « Que ces voyous soient démasqués, interpellés et mis à la disposition de la justice », a-t-il souhaité.

Quant à Serges KPELE, cadre de la région, il accuse le président de la République, Alassane Ouattara. “Depuis l’avènement de monsieur Ouattara au pouvoir, des conflits entre communautés, généralement entre allogènes ne sachant pas leur place et autochtones propriétaires terriens ont éclaté dans tout le pays. De Tabou à Bouna le peuple Ivoirien subit la traque de ceux qu’il a accueilli en toute fraternité. D’Aboisso à Odienné, c’est des problèmes entre agriculteurs du terroirs et ceux venus d’ailleurs plus gourmands que leurs bienfaiteurs ou entre éleveurs Ivoiriens et étrangers. De San-pedro à Kong, c’est des palabres politiques entre immigrés et nationaux. C’est un choix délibérément fait par la nouvelle direction de l’État pour diriger sereinement. Le peuple est ainsi livré à lui-même et se demande s’il y a encore en son sein un seul Homme capable de le défendre.
Qui est encore en opposition avec le régime totalitariste de monsieur Dramane Ouattara sur ces conflits qu’il entretient pour maintenir le peuple dans la peur ?
Aujourd’hui encore les crimes sont perpétrés contre des frères Gouros à Bonoufla et silence de cimetière de toute part car tous sont braqués sur un “monologue meurtrier ” abusivement appelé “dialogue politique”. Ils sont tous concentrés sur leurs places dans un gouvernement dit d’union qui consacrera la fin d’une épopée ayant révélé des héros en paille.
Qui défendra le peuple Ivoirien traqué jusqu’à dans les tréfonds de ses terres si tous ne regardent que le ventre engraissé et n’écoutent que ses complaintes de triste ingrat naturel ?
Tous déplacent les problèmes réels que vivent les Ivoiriens. .. tous sont cloîtrés dans leur égoïsme notoire… tous cherchent un nom sur les tombes de pauvres personnes qui ne réclamaient que ce qui leur appartient.
Pauvre Côte d’Ivoire, pauvre Afrique qui a vu ses leaders mourir avec son rêve, regarde-les et cherche la voie de ta libération,” a -t-il dit .

Sapel

Comments

comments

What Next?

Related Articles