01272022Headline:

Congés anticipés en Côte d’Ivoire, Cardinal Frotomougou, dialogue politique : le décryptage de l’actualité ivoirienne par Fernand Dédeh

L’actualité ivoirienne de ce mercredi 8 décembre est décryptée par le Journaliste, blogueur, ex-chef de Département de Sport RTI, libre penseur, consultant Fernand Dédeh dans une épitre à Barthelemy Zouzoua Inabo.

Au delà de l’indignation générale face à l’attitude de certains élèves qui manifestent, dégradent les édifices publics pour des congés anticipés, une question: quel est le rapport de la société ivoirienne à la jeunesse, dans son ensemble? Quel est le mal-être ou le message des élèves que personne ne capte?
Le Cardinal Frotomougou a été secoué à Yamoussoukro, au Sénat. Les sénateurs du vieux parti se sont abstenus. Comme un air de plat qui se mange froid…
Pour tous qui observent la société ivoirienne, les problèmes des jeunes ne datent pas de maintenant. Déjà, au début des années 90, l’on avait noté des bouleversements. Les étudiants, pas toujours écoutés, s’étaient alors réfugiés dans le zouglou, pour passer les messages qui leur tenaient à cœur, sur fond de musique et d’humour. Les a-t-on écoutés? Pas vraiment. Au point, qu’au milieu des années 90, les jeunes s’exprimaient de nouveau par la violence, en prenant la société à témoin: c’était la période du bôrô d’enjaillement, ces sauts périlleux au dessus des bus de la SOTRA en mouvement. C’était la période aussi des graffitis sur les bus, sur les murs des édifices publics, sous les ponts.
Les gouvernants et les opposants engagés dans la lutte pour le pouvoir, n’ont pas réellement prêté attention à cette effervescence. Les parents, frappés de plein fouet par les mesures sociales, imposées par ceux que le Bouddha de Daoukro a appelés à l’époque « les petits commis du FMI », ont abandonné pour certains, l’éducation des enfants dans les cellules familiales. La désorganisation de la société survenue en 1999, par le fameux coup d’Etat de « papa Roméo », a exposé davantage les failles dans les rapports entre le sommet et la base. La Côte d’Ivoire paie encore le prix du règne « des Jeunes gens ». Malheureusement!
L’Ecole, haut lieu de formation, d’instruction et de civisme est gangrenée depuis. La course à l’argent, le discours politique d’un personnel parfois parvenu, creux, sans réelle assise, qui ne porte en rien les vertus d’un modèle, les parents d’élèves absents, les enseignants démotivés, ont laissé le pouvoir à une jeunesse sans repère. Au fond, quelle est la politique de la Jeunesse de nos gouvernants? Le ministre de la Jeunesse sert à quoi en fait? Là, est la vraie question. Quand on parle au chien, il faut aussi parler à l’os.
Absolument condamnable, le comportement des élèves. Cette violence gratuite. Mais les grands, que faites-vous? Que leur offrez-vous comme espoirs et espérance en retour?
Un mot du passage des ministres devant le Sénat pour l’adoption de leurs budgets respectifs. Tout le monde n’était pas logé à la même enseigne. Le Cardinal Frotomogou a été particulièrement secoué, surtout par les sénateurs de son ancien parti. Pour beaucoup, budgets adoptés à l’unanimité. Pour le Cardinal Frotomougou, sauvés in-extrémis par les sénateurs de groupement de ton Camarade. Abstention des autres. Pourtant, l’homme a été prévenant à l’égard de tous les sénateurs en leur offrant des cacahuètes de produits ivoiriens transformés localement… Malgré tout… Ce qui lui a fait dire, qu’il y a des « vénérables et des vulnérables » au Sénat… Frère, les vulnérables t’attendent au prochain tour…
Fin d’année heureuse pour la classe politique. Le dialogue politique reprend. La date est connue: le 16 décembre 2021. JPA va mettre le pied dans le plat. Les sujets de préoccupation sont connus. Le gouvernement et les principaux partis politiques et mouvements de la société civile ont déjà tracé les sillons. Maintenant, il faut aller sereinement au rapprochement des points de vue. Tu sais, personnellement, le dernier saut que j’attends de ton Camarade. Je l’ai toujours encouragé à aller dans le sens de la décrispation totale de l’espace national. Beaucoup a été fait. Reste les derniers 100 mètres à courir. Avançons..

Comments

comments

What Next?

Related Articles