02232024Headline:

Coopération multilatérale : L’aide publique au développement chute de 23 % en 2022

« Entre 2010 et 2021, en moyenne, 31% de l’Aide publique au développement (Apd) allait en Afrique subsaharienne. Mais en 2022, cette part a chuté à 23%. Un des niveaux les plus bas depuis des années. On est tombé sous la barre des 30 milliards de dollars pour l’Apd bilatérale ».

C’est l’un des principaux points d’une étude de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (Ocde) dont de nombreux médias se sont faits écho le 23 janvier 2024.

L’Ocde explique cette situation par deux facteurs clés en 2022 : l’appui aux réfugiés dans les zones de conflits essentiellement en Asie et en Europe de l’Est, qui a bondi de 147 % et les dons des partenaires techniques financiers aux pays africains en hausse de 7 %. Il est donc clair que l’Afrique n’est plus au centre des priorités.

Pourtant, cette tendance n’est pas nouvelle. Puisque la pandémie à coronavirus avait suffisamment confirmer la réorientation des ressources financières des grandes puissances vers d’autres parties du monde. Cela avait été constamment rappelé aux États africains dont certains confrontés à la menace terroriste.

D’où la mise en place par la Banque africaine de développement (Bad) d’un mécanisme d’appui budgétaire pour permettre aux gouvernements africains qui en ont besoin, de faire face aux défis sécuritaires sans que la mise en place des infrastructures socio-économiques de base n’en soit affectée.

What Next?

Recent Articles