05242019Headline:

Coôte d’Ivoire: Selon Meiway, si Ezaley n’est pas maire, il sera roi à Grand-Bassam.

Invité du maire de Marcory, Raoul Aby, au concert de ”Bonne Année” de la commune de Marcory, Frédéric Ehui Meiway a pris la parole pour se rallier ouvertement aux combats politiques des candidats du Pdci-Rda dans les communes de Grand-Bassam, Port-Bouët et Plateau.

L’artiste vedette du ‘’Zoblazo’’ a formellement pris position dans la crise post-électorale qui oppose les candidats des dernières élections municipales à Grand-Bassam. Aujourd’hui, si on veut me tuer, on va me tuer. Invité du concert de ‘’Bonne Année’’ de la mairie de Marcory, dans la soirée du samedi 19 janvier 2019, Frédéric Ehui dit ‘’Meiway’’ n’a pas eu la langue dans sa poche.

Il a clairement affiché son ras-le-bol face à l’ambiance qui prévaut dans sa cité natale, non sans prendre fait et cause pour les candidats du Pdci-Rda, Georges Philippe Ezaley, mais aussi Sylvestre Emmou à Port-Bouët et Jacques Ehouo au Plateau en difficulté après le scrutin face à des adversaires du pouvoir.

Meiway aurait voulu qu’au concert organisé par le maire de Marcory, lui-même vice-président du Pdci-Rda, ces partisans soient présents. « Ce que je regrette ce soir. C’est qu’il n’a pas (…). Bon, peut-être qu’ils sont occupés. Je vous accorde cette situation atténuante. Il aurait dû inviter Emmou Sylvestre, Ezaley et Jacques Ehouo. Ce n’est pas gâté. On va refaire ça ! On va fêter avec eux. Je n’ai pas dit que je suis de leur camp. Ce n’est pas ce que j’ai dit. Mais, c’est bizarre. M. le Maire me charge de vous dire que ce concert sera refait à Port-Bouët, quand Emmou Sylvestre sera investi, puis, on le refera au Plateau, quand Jacques Ehouo sera investi, on le fera à Cocody, quand Yacé sera investi, et on le refera aussi à Grand Bassam ». Et l’artiste, natif de Grand-Bassam d’ajouter sans coup férir : « De toutes les façons, chez nous, c’est réglé, s’il n’est pas maire, il sera Roi ».

Meiway a mis en garde les acteurs politiques qui affichent ostensiblement leurs ambitions sans compter avec la loi de la nature.

L’artiste dénonce, en quelque sorte, l’arrogance de certains sur la scène politique ivoirienne et n’hésite pas à le faire savoir avec le ton qui est le sien.

« On va prier pour tous ceux qui ont des ambitions politiques qui ont oubliés que Dieu est au-dessus de nous, de nous tous, sans distinction. Il y en a qui ont des ambitions ministérielles et des ambitions présidentielles pour 2020. Mais, est-ce qu’ils savent qui va mourir avant qui ? On est en janvier 2019. Il reste un an et plus de 6 mois. On ne sait pas qui sera en vie. Continuez de fanfaronner sur les médias. Dieu aura le dernier mot », prévient Meiway, visiblement remonté contre certaines pratiques. A qui adresse-t-il ces messages ? Les concernés, sans doute, le savent.

Linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment