06062020Headline:

Coronavirus: « Nous avons dépassé les 100 infectés au coronavirus, Ouattara s’offre un confinement de luxe avec ses proches à Assinie », Stéphane Kipré

Stéphane Kipré fait des propositions à Ouattara face au Coronavirus. Pour lui les Ivoiriens ont besoin de sentir qu’il y a un capitaine dans le bateau.

En Côte d’ivoire, nous avons dépassé le chiffre symbolique de 100 personnes infectées par le coronavirus. Et pourtant la désorganisation de la riposte gouvernementale frise la démission.

Le chef de l’État s’offre un confinement de luxe avec ses proches à Assinie tandis que le premier Ministre par sa gestion négligente du confinement s’est exposé à la maladie. La ruée des Ivoiriens vers les feuilles de neem est le témoignage qu’ils sont désemparés et qu’ils ont très peu confiance quant à la capacité du pouvoir à endiguer la pandémie.

La situation est d’autant plus alarmante que notre pays n’a que 50 lits de réanimation pour tous les cas de détresse respiratoire. Depuis plusieurs semaines, nous avons fait des propositions pour ne pas nous rendre complice de cet amateurisme mais le gouvernement fait la sourde oreille. Surtout que dans cette situation, les médecins et personnels soignant viennent d’annoncer une grève de 72h.

Je propose au chef l’État dans l’urgence de faire une coupe budgétaire 100 milliards dans son budget de souveraineté de 350 milliards pour trouver des solutions idoines à cette crise. La Côte d’ivoire a besoin d’un Chef. Les Ivoiriens ont besoin de sentir qu’il y a un capitaine dans le bateau. Il nous faut un commandant à bord qui supporte avec le peuple les sacrifices à consentir.

En sus des propositions déjà faites, Je voudrais conseiller entre autres :

1- De rapidement passer commande de lits de réanimation afin de tripler notre capacité actuelle passant de 50 à 150 lits minimum.

2- La prise en charge par l’État des factures d’eau et d’électricité sur toute l’étendue du territoire pour les mois de mars et avril pour la balance du manque à gagner, s’appuyer sur une partie de la taxe « redevance RTI » à échelonner sur une période de 24 mois après la fin de cette crise.

3- Octroyer rapidement les autorisations nécessaires aux entreprises ivoiriennes capables de fabriquer les médicaments à base de chloroquine et adopter le traitement à la chloroquine comme protocole au lieu de tergiverser en la recommandant seulement dans les cas graves.

4- La mise sur pied d’un conseil présidentiel d’urgence élargie aux responsables des coalitions politiques de l’opposition, aux chefs religieux et aux présidents des groupes parlementaire afin de les associer à l’évolution de la situation.

5- Mettre fin au confinement de luxe du Chef de l’État et de ses proches à Assinie. C’est immoral et décourageant pour la population.

6- Convoquer la hiérarchie militaire pour instaurer des blocages immédiats des villes ou des cas ont été détecté. Puisque les populations sont sorties en masse d’Abidjan après la mauvaise gestion du confinement, il y a de fortes chances que certains porteurs du virus constituent des foyers de contagions dans des villes de l’intérieur du pays.

7- Instaurer une adresse hebdomadaire du premier ministre ou du chef de l’État entouré du conseil présidentiel d’urgence et afin d’offrir l’image d’un peuple uni face à la pandémie et surtout rassurer les populations.

8- Libérer les prisonniers d’opinion et ceux issus de la crise post-électorale de 2010. On pourrait ajouter à cette liste tous les prisonniers dont la peine restant à purger est inférieur à une année afin de désengorger nos centres pénitenciers.

9- Organiser une visite du conseil présidentiel d’urgence avec à sa tête le chef de l’État de tous les CHU de notre pays afin d’envoyer un message d’espoir au personnel soignant.

10- Instruire le ministre de l’économie et des finances dans le sens de l’instauration d’une prime spéciale pour le personnel médical. Cela est possible dans un pays où il est déjà arrivé de mobiliser des milliards en 72h pour des mutins. Nous sommes en guerre sanitaire et nos soldats méritent d’être encouragés.

11- Aux médecins et personnels soignant, bien que trouvant légitimes les raisons avancées pour faire grève je souhaiterais que celle-ci ne soit pas un arrêt de travail de travail qui handicaperait tout notre système de santé en cette période hautement sensible. Je comprends leur désarroi et leur souffrance et invite le gouvernement à se pencher en urgence sur leur situation.

12- Prendre les dispositions afin que les centres de confinement soient réellement équipés et non se limiter aux effets d’annonce.

En ma qualité d’opposant, je n’ai pas le pouvoir de décision. Ce que je peux faire pour aider à bouter ce virus hors de mon pays est de faire des propositions en espérant que les gouvernants les retiennent. Évitons que le coronavirus se repende dans notre pays. Le peuple a besoin de sentir qu’il a un commandant à la manœuvre.

Lire sur Yeclo

Comments

comments

What Next?

Recent Articles