02052023Headline:

COTE d’ IVOIRE: L’harmattan s’installe …les maladies et les feux de brousse aussi

Vent sec, froid chargé de particules poussiéreuses venant du Sahara soufflant sur toute la zone soudano-sahélienne, l’harmattan arrive à grand pas dans le nord et le centre de la Côte d’Ivoire. Chaque année, cette période fait craindre les maladies respiratoires, la méningite. Mais surtout les feux de brousse qui ravagent des milliers d’hectares de plantations et occasionnent très souvent des pertes en vies humaines.

En Côte d’Ivoire, « l’harmattan s’étend de la mi-novembre à la fin du mois de mars », explique Dr Hervé Konin, un climatologue. Avant de souligner qu’il est plus rude sur le centre et le nord du pays.

Selon lui, cette poussière est généralement composée de particules végétales (herbes, fleurs sèches, pollen), animales (plumes d’oiseaux, déchets de toutes sortes), de microbes, de virus, de parasites, de champignons microscopiques.

Ainsi, pendant cette période de l’année, il sévit un climat particulier dans cette partie de la Côte d’Ivoire. Qui, malheureusement est favorable à la survenue d’un grand nombre d’affections respiratoires et d’autres maladies graves telles que la méningite, la grippe, l’asthme, la tuberculose.

« En période d’harmattan, on observe chez l’homme, un craquèlement de la peau, les lèvres se fendillent et les narines se dessèchent. Les efforts effectués pour tousser et se moucher provoquent des saignements du nez », explique Dr Kouadio Donatien, médecin.

En effet, les vaisseaux sanguins, selon les experts, sont les principales voies pour le cheminement des germes de toutes sortes à distance: dans les sinus, les oreilles, le cerveau, le liquide rachidien.

En plus des maladies, l’harmattan qui est une période sèche est particulièrement favorable aux incendies de forêts. Ainsi, chaque année, il y a des feux de brousse qui ravagent des milliers d’hectares de plantations.

L’objectif final est de réduire ou annihiler les conséquences dramatiques des feux sur le quotidien des populations ivoiriennes, surtout ceux du milieu rural, acteurs prépondérant de l’économie agricole ivoirienne.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles