11232017Headline:

Côte d’Ivoire 1 ans dejà sur des Révélations de Ceux qui ont aidé Ouattara a échappé à Bédié en 1999

bedie ala

(5 Janvier 2014 -5 Janvier 2015) 1 ans dejà

Plus le temps passe, plus on en sait sur l’histoire de la Côte d’Ivoire. Hier c’était l’ambassadeur Georges Ouégnin qui faisait une révélation sur Henri Konan Bédié, à propos de son dernier discours à la Nation, en 1999.

Aujourd’hui, c’est un autre. Choisi par le Congrès Ivoirien pour la Développement et la Paix (CIDP) pour animer une conférence de presse sur le thème « quelles perspectives pour une Côte d’Ivoire unie et rassemblée », Abou Cissé, l’oncle du Président Alassane Ouattara, a fait des révélations sur sa relation avec son neveu Ouattara et Laurent Gbagbo.

Le samedi 4 janvier 2014, dans un hôtel au Plateau, il a fait une confidence de taille sur la tentative d’arrestation de Ouattara par Henri Konan Bédié, en 1999. « Le jour où Bédié devait arrêter Alassane, et avant qu’il n’arrive là-bas, Gbagbo, moi et d’autres personnes, c’est nous qui sommes partir l’avertir et il est réfugié à l’ambassade d’Allemagne », a révélé celui qui dit être une bibliothèque de l’histoire de la Côte d’Ivoire, de la trempe de Fôté Memel, pour avoir été au départ de la construction de ce pays, du temps d’Houphouët.

Il rendait hommage à Laurent Gbagbo dont il a déploré la détention à la Haye. Par cette révélation, il a voulu montrer l’humanisme de l’ex-président ivoirien. « S’il n’était pas humain, ce monsieur n’aurait pas fait ça pour lui (Ndlr : Ouattara). Ça aurait été un bon débarras » puisque Gbagbo était opposant à cette époque. Le conférencier a souhaité que Laurent Gbagbo recouvre la liberté. Et selon lui, cela est déjà acquis. Restent seulement les conditions de sa réception à éclaircir, à l’en croire.

Il a également expliqué les raisons de son attachement à Gbagbo. « On dit que je suis FPI. Non, je n’ai pas de parti. Ce qui m’a attaché à Gbagbo, c’est son humilité. J’ai été en prison à cause d’Alassane parce que j’ai dit qu’il est Ivoirien. C’est ce monsieur, Gbagbo, qui tous les vendredis, m’envoyait une lettre pour me dire comment il faut tenir en prison. Pour moi, c’est plus que des milliards », a confié Abou Cissé.

LINFODROME

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment