08192017Headline:

Côte d’Ivoire /11 Août 2011- 11 Août 2017: L’échec de l’aventure politique de Koulibaly Mamadou (Par Alexis Gnagno)

 

11 Août 2011- 11 Août 2017: L’échec de l’aventure politique de Koulibaly Mmamadou, l’homme politique “fabriqué” par Laurent Gbagbo (Par Alexis Gnagno)libaly Mamadou est un intellectuel brillant. Il écrivait donc des analyses brillantes quand son destin croisa celui de Gbagbo Laurent qui lui demanda de se joindre à lui et ses camarades plutôt que de lutter seul de son côté.

Ainsi le libéral qu’il est adhéra au FPI, un parti de gauche qui était parfaitement en phase avec lui sur la question du franc cfa, et sur bien d’autres points, en particulier, la dénonciation de la politique économique alors menée par le président Houphouët qui était caractérisée par des monopoles et des privilèges indus de toutes sortes que combattaient Gbagbo et ses camarades. Sans doute faudrait-il aussi noter que l’opposant Gbagbo ne mettait pas en cause l’entreprenariat privé, parce que les planteurs du cacao dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur au monde sont des entrepreneurs privés. Il y avai aussi la question des libertés. Bref…Ce qu’il faut retenir, au-delà de la convergence de vues qui a rendu possible l’histoire de Koulibaly Mamadou avec le FPI, c’est que l’adhésion de cet intellectuel au FPI n’est pas une démarche spontanée et volontaire.Le libéral qu’il est était donc venu au FPI pour servir de force d’appoint à ce parti. Son adhésion au FPI n’était pas non plus par goût pour la politique, et la suite de cet article va le démontrer amplement.

Le grand public commence à découvrir Koulibaly sous la transition militaire. Il est l’un des ministres choisis par Gbagbo pour porter l’étendard du FPI. Il servira au budget. Puis, quand Gbagbo Laurent remporte l’élection présidentielle de 2000, il atterrit au ministère de l’économie et des finances où il se fera remarquer par sa volonté de lutter contre les fraudes, et particulièrement contre les fraudes aux impôts. Il marquera ainsi les esprits, notamment par cette descente dans les bureaux de Hijazi, un homme d’affaires qui sera traduit devant les tribunaux.

Sa fougue est débordante. Il créera même la polémique en évoquant publiquement la nécessité d’un retrait de la Côte d’Ivoire du Franc CFA. Interrogé en 2001 sur les ondes de la radio Africa N° 1, le président Gbagbo ne le désavoue pas et préfère botter en touche. ” Ce que le ministre a dit est très bien, mais ce n’est pas dans mon programme ” dit-il, sans doute pour ne pas dévoiler trop vite ses cartes.

Koulibaly Mamadou aura souvent maille à partir avec ses camarades du FPI pour ses sorties fracassantes, mais bénéficiera toujours de l’indulgence indéfectible du président Gbagbo.

Après le renversement du président Gbagbo par l’armée française, l’homme pense que son heure est arrivée, et essaie d’effacer les traces de celui qui l’a fait venir au FPI, en voulant changer le nom de ce parti et son idéologie. Il échoue et démissionne du FPI le 11 juillet 2011 pour créer un parti, LIDER, un mois plus tard le 11 août 2011. Un parti qui a aujourd’hui beaucoup de mal à trouver un espace dans le paysage politique ivoirien. Mais qu’à cela ne tienne, Koulibaly Mamadou compte se présenter à l’élection présidentielle que veut organiser le régime Ouattara en 2015. Par goût pour la politique ?

Et pourtant, alors président intérimaire du FPI, il menaçait de quitter la politique pour reprendre la craie, si ses propositions de changer profondément le FPI étaient rejetées. Il disait aussi ne pas pouvoir créer un parti ” parce qu’il faut beaucoup d’argent pour créer un parti “, avant d’en créer finalement un.

Alors pourquoi Koulibaly Mamadou continue-t-il de faire de la politique alors que toute son histoire montre que le technocrate qu’il est n’a jamais voulu être un homme politique, et qu’il doit sa carrière politique essentiellement à Laurent Gbagbo ?

Nous avons déjà vu comment il est arrivé au FPI, nous allons maintenant lui laisser la parole pour qu’il nous raconte la suite puisque, interrogé sur la chaîne de télévision camerounaise STV2, il explique lui-même comment il est devenu député et comment finalement il a atterri à la présidence de l’assemblée nationale.

” Pour l’assemblée nationale, ce qui s’est passé, à mon niveau en tout cas, il( le président Gbagbo) m’a demandé d’aller être député à Koumassi. Ca ne m’intéressait pas d’être député. Il m’a dit: ” Si, si, il faut y aller pour faire gagner notre liste.”. J’y suis allé, notre liste a gagné.”, dit Koulibaly Mamadou pour expliquer comment il est devenu député.

Et voici ce qu’il dit pour la présidence de l’assemblée nationale :

” Et puis, il me dit: ” Bon, tu vas aller présider l’assemblée nationale.” Je lui demande: ” Qu’est-ce que je vais y faire ?”. ” Il faut que tu ailles connaitre du pays, que tu fasses un peu plus de politique. L’assemblée est relativement calme. Tu as très peu de choses à faire à l’ouverture de la session, un discours à la session de clôture. Ca te laisse du temps pour parcourir la Côte d’Ivoire, mieux connaître les ivoiriens, faire plus de politique que de technocratie. Et puis tu vas te reposer parce que la transition militaire t’a vraiment épuisé. ”

Ce que je trouvais bien: sortir des bureaux, aller parler au peuple, rencontrer le peuple, et j’ai donné mon accord.

La seule condition que le président Gbagbo m’avait imposée : ” Tu y vas, mais il faut me trouver un successeur au ministère des finances. Ce que j’ai fait. Mon directeur de cabinet , c’était Bohoun Bouabré. J’ai dit à Bohoun Bouabré: Tu viens prendre ma place, je vais faire un peu de politique.”

Voilà donc ce que dit Koulibaly Mamadou dans cette fameuse interview, et qui renseigne sur la façon dont cet homme est arrivé à être le dauphin constitutionnel dans la république. On voit, à travers ce témoignage, qu’il a été constamment poussé dans le dos par le président Gbagbo dont la sollicitude particulière à l’égard d’un homme parmi tant d’autres peut susciter des questions dont celle-ci qui suit :

Pourquoi donc Laurent Gbagbo demandait-il à Koulibaly Mamadou de ” parcourir la Côte d’Ivoire, mieux connaître les ivoiriens, faire plus de politique que de technocratie ” ? Aurait-il décidé secrètement d’en faire son successeur ? Car cette démarche s’inscrit nécessairement dans la logique d’un destin national. Quand on parcourt la Côte d’Ivoire, ce n’est pas pour être élu dans une région. Sinon, il suffirait seulement de parcourir la région convoitée.

Mieux, au moment où le président Gbagbo proposait à Koulibaly Mamadou le poste de président de l’assemblée nationale, ce dernier n’était encore qu’un illustre inconnu. Ce qui interroge encore plus sur la logique du président Gbagbo car pour le hisser sur le perchoir de l’assemblée, il avait dû écarter Emile Boga Doudou, un compagnon de route de la première heure qui avait dû se contenter d’un poste de ministre d’état, ministre de l’intérieur.

Gbagbo qui avait dit un jour ” qu’un ressortissant du Nord sera un jour président de la Côte d’Ivoire ” pensait-il à Koulibaly Mamadou dont beaucoup d’ivoiriens, y compris moi, pensaient que le fauteuil présidentiel lui était destiné ? En tout cas, au vu de tout ce qui précède, il ne serait pas incongru de le penser.

En voulant ” tuer ” l’homme qui l’a fait, et en voulant détruire son oeuvre, l’oeuvre d’une vie de sacrifices, alors que même en prison, Laurent Gbagbo n’en est pas moins en vie et demeure dans une posture de lutte, Koulibaly Mamadou a, semble-t-il, irrémédablement ruiné tout le capital sympathie engrangé auprès des populations et de beaucoup de patriotes.

Quel gâchis politique !

Alexis Gnagno

eburnienews

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment