10282021Headline:

Côte d’Ivoire /72heures après le retrait de sa garde : Mabri échappe à ‘’un lynchage’’Cortège lapidé, meeting perturbé..

-Le Rhdp tente d’éliminer son ancien allié
Le président de l’Udpci, Abdallah Albert Mabri Toikeusse et ses alliés d’hier ne regardent plus dans la même direction.Ph.Dr

Le président de l’Union pour la Démocratie et pour la Paix en Côte d’Ivoire (Udpci), Abdallah Toikeusse Mabri vient d’échapper à un assassinat à Kabacouma, village natal de feu général Robert Guéi, père fondateur du parti arc-en-ciel. 72heures après le retrait de sa garde, le pire vient d’être éviter dans un village situé dans l’ouest de la Côte d’Ivoire.

C’était le vendredi 16 décembre dans le cadre de la campagne des législatives dont les élections sont prévues pour 18 décembre. En sa qualité de premier responsable de ce parti, accompagné des enfants Rufin Guéiet Mireille Guéi, il devrait se recueillir sur la tombe de celui qui a été assassiné le 19 septembre 2002, et confier la candidature du député sortant de Biankouma, à la notabilité. C’est au cours de la rencontre organisée à cet effet, qu’une horde de jeunes excités, s’est mise à scander des propos hostiles à l’endroit de l’ex-chef de la diplomatie ivoirienne.

Ils arboraient des tee-shirts à l’effigie de Kando Soumahoro, candidat du Rassemblement des houphouétististes pour la démocratie et pour la Paix (Rhdp) à Biankouma.  « Ces jeunes visiblement manipulés, ont pris d’assaut la place où se tenait la rencontre, ils ont commencé par démonter les bâches dressées pour la circonstance, à casser des chaises et à jeter des pierres en direction du président de l’Udpci et de sa délégation. Alertées, les forces de l’ordre sont arrivées quelques temps après pour disperser la foule et exfiltrer le président, Abdallah Mabri Toikeusse », témoigne le responsable communication de l’Udpci.

« Nous étions dans un village et tout pouvait arriver dans la mesure où, la majorité de la garde rapprochée du président de l’Udpci lui a été déposédée, il y moins d’une semaine », ajoute-il pour justifier l’« assassinat » manqué.

Sur 8 éléments de sa sécurité rapprochée, les 5 éléments de la gendarmerie ont été appelés dans différentes bases de commandement.

Konan Kan info sercom Udpci.

Comments

comments

What Next?

Related Articles