05252017Headline:

Côte d’Ivoire –Abéhi fait de graves révélations,à la barre:”Ce qu’on m’a demandé de faire depuis le Ghana..”

cmdt abehi

Abéhi fait de graves révélations, à la barre: “On devait tuer les Burkinabè et les Baoulé à l’ouest du pays

Lors de son procès, mardi 09 juin 2015, le commandant Jean Noël Abéhi a fait de graves révélations sur la crise post-électorale de 2011.

A la barre, mardi 09 juin, le commandant Jean Noël Abehi a affirmé de prime abord qu’il a quitté le pays parce que des gens voulaient l’exécuter.

« Des personnes sont allées à trois reprises chercher ma femme sur son lieu de travail et  mes enfants ont été menacés dans leurs écoles par des enfants d’un autre frère d’armes. Jai donc fui juste pour avoir la vie sauve »,  a avoué le commandant Abehi Jean Noël.

Selon lui, même si son acte peut être considéré comme une désertion, il était plus animé par un instinct de survie.

Concernant la crise post-électorale, l’officier supérieur de la gendarmerie est revenu sur les tueries des sept femmes à Abobo.
Selon lui, les auteurs de ces crimes étaient les agents de la police nationale, notamment ceux de la BAE et la garde Républicaine.

“J’ai dit au Premier ministre d’alors, Soro Guillaume de bien regarder la vidéo de ces tueries. Il s’agit des chars de la Brigade anti-émeute (BAE) et de ceux de la garde républicaine et non des chars du camp d’Agban”.

Interrogé sur sa participation dans la tentative de Coup d’Etat que lui et les autres soldats planifiaient depuis le Ghana, il a surpris l’auditoire en accusant ses anciens collaborateurs.

« Quelques jours après mon arrivée au Ghana, j’ai participé à une réunion où il y avait Katinan Koné et un autre ministre. Les colonels Gouanou et Dadié étaient présents et il était question de faire un coup. Ils m’ont demandé de mettre mes hommes et mon armement à leur disposition. J’ai répondu que je n’ai ni hommes ni armes ici. J’ai refusé car, il s’agissait pour eux de tuer massivement les Burkinabè et les Baoulé à l’ouest du pays. J’étais obligé de changer souvent de domicile pour ne pas tomber dans le piège de mes amis. C’est quand je me préparais à quitter le Ghana pour le Bénin pour me réfugier que j’ai été arrêté. Je dis merci au président Ouattara. J’ai été heureux d’avoir été mis aux arrêts à temps car, mes amis militaires en exil voulaient m’éliminer parce que j’avais refusé de comploter avec eux ».
L’audience du Commandant Jean Noël Abéhi reprendra demain mercredi 10 juin, à 10h. Quant à Anselme Yapo Séka dit Séka Séka, il sera face aux juges le jeudi 11 juin 2015.

K.O.

Vos avis devant de telles révélations

Source Im

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment