12132017Headline:

Côte d’Ivoire: Adama Bictogo le vrai père du «et» “ivoiritaires”de l’ancienne constitution

Depuis qu’il affiche ses ambitions à l’approche du  congrès du parti au pouvoir (RDR, ndlr) dont il souhaite le secrétariat général,Adama Bictogo   est sous les projecteurs.

Une mise en avant qui n’est pas sans accrocs comme constaté et mesuré par KOACI autant sur les réseaux que dans les coulisses du pouvoir. En effet, depuis quelques jours, son passé ressurgit autant qu’on nous le rappelle et ce étrangement, dans son camp.

De sources du RDR, sous couvert d’anonymat, on nous remémore entre autre qu’il fut l’un des principaux artisans du “et” de l’ancienne constitution du temps de  Robert Guei qui avait écarté Alassane Ouattara de la présidentielle de 2000.

Une posture qui vaut à l’homme d’affaire natif d’Agboville jusqu’à l’attribution du surnom de “père du et” dans les coulisses du RDR. S’en suivront des épisodes Banny et Tagro aussi sulfureux qu’intrigants.

L’épisode Guei

Adama Bictogo alors conseiller et très proche du défunt général putschiste, avait expliqué à ce dernier que la réputation relationnelle de l’actuel président était surfaite et entretenue par son entourage, il ne fallait alors, de fait, avoir peur de Ouattara.

En 2000, après moult tergiversations entre le cornélien choix du “et” ou du “ou” et la crainte de l’actuel président, Guei fut donc aussi convaincu que rassuré parAdama Bictogo     d’opter pour le “et”. Objet à l’époque de toutes polémiques “ivoiritaires”, ce choix aux lourdes conséquences pèse jusqu’à présent sur la vie socio-politique du pays.

L’épisode Banny

Fin 2006,Adama Bictogo   vire avecCharles Konan Banny   et lui vend ses services. Il lui suggère un coup d’Etat militaire avec des officiers pour renverser Laurent Ggagbo. Vite repéré, le coup sera démonté par les services de l’ancien président obligeantAdama Bictogo   à fuir. On le retrouvera en transit à Bouaké avant de le voir installé à à Ouagadougou dans le quartier Ouaga 2000 où il vivra quelques mois d’exil. Avec la signatures des accord politiques de Ouagadougou en 2007 et son volet d’amnistie, Banny cédera sa place à Soro à la primature et  Adama Bictogo rejoindra Abidjan dans les valises de  Désiré Tagro dont il fut jusqu’à sa mort tragique en 2011, très proche.

L’épisode Tagro

Associé dans la société SNEDAI alors majoritairement détenue par l’ancien ministre de l’interieur de Laurent Gbagbo,Adama Bictogo  jouira des juteux marchés de la biométrie jusqu’à créer une situation pour le moins paradoxale au regard de l’évolution post-crise. En effet, fin 2010, en pleine crise post-electorale, il se retrouvera dans une situation si inconfortable qu’il décidera de rester à son domicile. Il ne rejoindra le golf hôtel qu’après l’attaque de sa résidence par des miliciens sans nul doute peu informés de ses ramifications et accointances avec l’un des hommes clé de Laurent Gbagbo.

Au décès de Désiré Tagro, une polémique enflera alors dans les milieux d’affaire du pays et dans la famille du défunt après la découverte d’un actionnariat de SNEDAI passé entièrement aux mains d’Adama Bictogo et d’un ponte de l’exécutif ivoirien de premier plan dont nous tairons ici le nom.

Enfin, selon certaines informations, celui qui semble ne pas faire l’unanimité au sein du RDR, peut être en raison de ce parcours dressé, même s’il n’a pas fait mention de l’épisode des déchets toxiques et des trafics d’or avec le capitaine malien Sanogo qui lui ont valu son éviction en mai 2012 du ministère de l’intégration africaine, serait candidat pour le poste de secrétaire général du parti présidé par Alassane Ouattara.

Cette ambition en cacherait une autre, celle de la présidence de la République mais cette ambition d’Adama Bictogo qui, toujours selon nos informations, l’évoquerait en aparté à ses proches, fait au constat de nos sources en fait sourire plus d’un au  RDR et plus largement dans la classe politique du pays.

Amy Touré, Abidjan

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment