02052023Headline:

Côte d’Ivoire : Adama Bictogo répond au Cardinal Jean Pierre Kutwa

Depuis Paris le directeur exécutif du RHDP a accusé le Cardinal de prendre position pour une partie et d’envenimer la situation. Selon Adame Bictogo, Jean Pierre Kutwa, qui s’est prononcé sur la situation socio politique du pays ne devrait pas réagir de la sorte .

Des responsables du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) ont tenu une réunion privée hier mardi 1er septembre 2020, au restaurant les grandes marches situé à la place de la bastille dans le 12ème arrondissement de Paris. Ont pris part à cette réunion, Adama Bictogo, Directeur Exécutif du RHDP, Ministre Touré Mamadou, Ministre Alain Richard Donwahi et le directeur des Ivoiriens de la diaspora Lanciné Diaby, rapporte le confère afriksoir.

Adama Bictogo a jugé utile de répondre au Cardinal Jean Pierre Kutwa qui a pris position contre le 3ème mandat d’Alassane Ouattara. Adama Bictogo déclare : « (…) Bédié c’est 86 ans, Gbagbo n’est allé à la Haye après un diner. Il y a quand même eu 3000 morts. On ne peut pas ramener la moralité de la Côte d’Ivoire à la candidature d’Alassane Ouattara. Nous ne pouvons pas l’accepter. Donc pour moi, le Cardinal a pris position pour une partie. C’est dommage parce qu’il ne fait qu’envenimer une situation qui n’en est pas une. On ne peut pas ramener la moralité de la Côte d’Ivoire à la candidature d’Alassane Ouattara. Nous ne pouvons pas l’accepter. Donc pour moi, le Cardinal a pris position pour une partie », a-t-il déclaré.

Pour rappel , le Cardinal avait fait savoir lors de sa conférence de presse tenue le 31 août 2020 : « Je ne peux pas ne pas me tourner avec respect vers le Président de la République, chef de l’Etat dont la candidature à ces prochaines élections, n’est pas nécessaire à mon humble avis ». Une vérité qui n’est pas du goût des défenseurs du 1er mandat de la 3ème République. Pour rappel, au plus fort de la crise postélectorale en 2011, Mgr Jean Salomon Lezoutié, Evèque de Yopougon avait tenu ce genre de propos à Laurent Gbagbo qui refusait de laisser le fauteuil présidentiel à Alassane Ouattara :

« (…) j’aurais même souhaité que vous ne vous présentiez même pas à ces élections qui s’annonçaient, tumultueuses ; ce qui aurait ajouté un autre galon à votre gloire ; mais tant pis, vous vous êtes présenté ; j’ai parié que vous vous seriez retiré en cas de défaite, et vous êtes encore là. Pour ce nouveau mandat nébuleux auquel vous tenez beaucoup, permettez que je donne ma langue au chat, tout en souhaitant, qu’il ne donnera pas l’occasion à l’histoire de dire de vous : « Il fut grand, certes, mais il a plus aimé le pouvoir, que son peuple. »

Des propos qui n’ont pas également été appréciés par les partisans de Laurent Gbagbo qui s’est retrouvé pour finir à la Cour pénale internationale (CPI), où il a passé 8 ans en prison.

Sapel MONE

Comments

comments

What Next?

Related Articles