12172018Headline:

Côte d’Ivoire: Adjoumani défie Bédié à Daoukro.

Ce lundi 24 septembre, se tient un Bureau politique à Daoukro. Kobenan Kouassi Adjoumani, le chef de file des frondeurs au sein du vieux parti, a annoncé sa participation à cette rencontre où il n’est forcément pas le bienvenu.

Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) est véritablement à la croisée des chemins. A peine trois mois après la tenue d’un Bureau politique sanctionné par un communiqué reportant l’adhésion au Parti unifié après la présidentielle de 2020, Henri Konan Bédié a convoqué un autre BP, ce lundi, dans sa ville natale de Daoukro.

Contrairement aux précédentes, cette réunion très importante se tient en dehors du siège du parti, et surtout dans le fief du Sphinx de Daoukro qui a pourtant annoncé le retrait du PDCI-RDA de tout processus de mise en place du RHDP unifié. Au cours de cette assemblée, le parti se prononcera sur sa participation ou non aux élections régionales et municipales du 13 octobre prochain.

Cependant, Kobenan Kouassi Adjoumani, fondateur du courant “Sur les traces d’Houphouët-Boigny” et farouche défenseur du Parti unifié, avait levé une vive protestation, dans une lettre ouverte, contre cette convocation du BP chez Bédié, et de surcroit un jour ouvrable. N’empêche que le ministre des Ressources animales et halieutique a annoncé sa participation. D’autres pro-RHDP, notamment le Vice-président Daniel Kablan Duncan et le Secrétaire général de la Présidence Patrick Achi ont déjà pris pied à Daoukro, le dimanche soir.

Le ministre Adjoumani est toutefois conscient de l’adversité que sa présence pourrait susciter. Mais, il entend s’y rendre contre vents et marées. « Au départ, on faisait croire que la base n’était pas d’accord mais aujourd’hui à mi parcourt, je dis au président Bédié que la base est bel et bien d’accord. J’irai à Daoukro ; c’est la ville du président Henri Konan Bédié ; c’est un homme de paix », a-t-il affirmé, avant d’ajouter : « Je vais braver les obstacles pour être là-bas pour montrer que je n’ai rien contre le président Bédié mais je n’aime pas que les gens le trompent. Encore, une fois, j’irai si on me donne la parole pour défendre ma position. Maintenant si on me refuse la salle, alors, je prendrai l’opinion nationale et internationale à témoin. »

Se dirige-t-on vers un clash entre Henri Konan Bédié et Kobenan Kouassi Adjoumani ?

 

 

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment