01172017Headline:

Côte d’Ivoire /Affaire audio Soro / Anaky Kobena : «Ouattara doit parler » mandat d’amener contre Soro :”une honte”

anaky k

A propos du mandat d’amener contre Soro : «C’est une honte

Anaky Kobena est sorti de sa réserve. Se réclamant toujours président légal et légitime du Mouvement des forces de l’avenir (Mfa), l’ancien député de Kouassi-Datèkro a échangé, hier, avec la presse nationale et internationale sur les sujets d’actualité.

Dans sa résidence de Cocody-Riviera 3, l’ancien ministre des Transports s’est prononcé, entre autres, sur l’affaire des ”écoutes téléphoniques Soro-Bassolé” qui défraie actuellement la chronique, le mandat d’amener de la justice française contre le président de l’Assemblée nationale, son avenir politique, l’élection présidentielle d’octobre 2015 et la réconciliation nationale. Sur la « question » des écoutes téléphoniques mettant en cause le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, dans le putsch avorté de septembre au Burkina Faso, le conférencier, estimant l’affaire trop sérieuse, a invité le président Alassane Ouattara à se prononcer officiellement afin de mettre fin aux débats. «Ouattara doit parler», a-t-il souhaité pour ne pas que la Côte d’Ivoire soit considérée en Afrique comme une base arrière des coups d’Etat en Afrique. «L’affaire est tellement grave que j’attends que le gouvernement ivoirien se prononce officiellement. C’est la voix de Ouattara qu’on attend. Il ne faudrait pas que dans l’ensemble des pays africains on se dit qu’à partir d’Abidjan on pourrait déstabiliser tel ou tel pays, surtout que nous mêmes en Côte d’Ivoire nous avons connu une déstabilisation. Si j’ai quelque chose à dire, c’est qu’il est urgent de manière officielle de savoir ce que dit le gouvernement ivoirien sur ces écoutes téléphoniques qui sont avérées», a déclaré Anaky se prenant la tête entre les deux mains. Interrogé sur le mandat d’amener contre le président du Parlement ivoirien émis par la juge Sabine Khéris, le président-fondateur du Mfa a jugé inacceptable ce qui s’est passé lundi dernier dans la capitale française concernant le premier des députés ivoiriens. «Ce qui se passe actuellement à Paris ou ce qui pourrait se passer concernant le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, est indigne. C’est une honte pour la Côte d’Ivoire», a-t-il jugé. Concernant son avenir politique, le conférencier, qui est déjà en justice avec certains cadres de son parti, dit avoir saisi cette même justice pour invalider le congrès extraordinaire tenu par ses frondeurs au Golf hôtel, le 12 avril 2014. Anaky Kobena a affirmé qu’il n’est pas encore mort politiquement. Selon lui, il saura rebondir le moment opportun. Il a par ailleurs annoncé sa candidature pour les prochaines législatives sans dévoiler la circonscription dans laquelle il prendra part au scrutin. Revenant sur l’élection présidentielle d’octobre passé, qui a vu la victoire du président Alassane Ouattara au premier tour avec 83,66 %, l’ancien membre du présidium du Rhdp pense que l’appel de Daoukro, lancé par le président Konan Bédié, en septembre 2014, a été la fausse note. «Tout le jeu électoral a été faussé par le fameux appel de Daoukro lancé par Bédié. On n’a jamais vu dans un pays au monde, un parti politique renoncé à une compétition surtout que le pouvoir vous a été arraché, il y a 16 ans dans les conditions que nous savons tous. A ce niveau, il y avait une aberration incompréhensible », a-t-il estimé. Parlant de la réconciliation nationale, Anaky Kobena a encore supplié le président de la République de libérer les prisonniers politiques, de dégeler les avoirs des membres de l’opposition et de permettre aux exilés de rentrer au pays. Malgré ses nouvelles convictions politiciennes, il dit a avoir gardé de bons rapports avec ses alliés d’hier, à savoir Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara

Cyrille DJEDJED

L’INTER

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment