01222017Headline:

Côte d’ivoire : Affaire constitution, Clan Soro et Ado, «le bras de fer» démarre à Bouaké ex Q-G de la rébellion

soro

« Il y a un numéro 2 dans un schéma et on veut en créer un autre numéro 2 », une vision clairement défendue par la jeunesse de l’AFECI au cours d’une sortie publique ce mardi à Bouaké ex Q-G de la rébellion. Contexte, la révision à venir de la constitution ivoirienne.

Pour l’Alliance des Forces Emergentes de Côte d’Ivoire(AFECI), l’actuel président de l’Assemblée nationale représente « le porte flambeau » de « la lutte anti exclusion » en Côte d’ivoire.

Toujours selon le porte-parole de cette jeunesse qui se veut émergente, en effectuant « une analyse beaucoup plus accentuée et approfondie », amène à constater « une volonté manifeste d’écarter un homme politique ».

Pour M.Silué premier responsable de l’AFECI c’est homme dans le viseur d’une « nouvelle exclusion » est bel et bien Guillaume Soro.Ce mouvement réfute « la méthode Ouattara » pour le référendum annoncé. La création d’une Vice-présidence et d’un Senat est perçue comme des institutions de trop par cette jeunesse qui jugent ces innovations « budgétivores ».
Un appel à des consultations pour des consultations plus élargies et plus inclusives a donc été lancé ce mardi depuis Bouaké.

Les controverses sur la reforme constitutionnelle se répandent comme une pandémie dans une grande majorité de la classe politique ivoirienne. Vingt-trois partis politiques s’opposent à ce projet défendu par le président Ouattara.

Par ailleurs, les ambitions politiques de l’actuel Président de l’Assemblée nationale sont désormais un secret de Polichinelle.

Saxum Willy, Abidjan

koaci

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment