07252017Headline:

Côte d’Ivoire –Affaire de justice: Certains vers la grâce, d’autres vers la prison

soro gbagbo blaise

Grâce présidentielle

Lors de son adresse à la nation pour le nouvel an, Alassane Ouattara a annoncé que plus de 3000 prisonniers seront graciés. Depuis, les supputations vont bon train sur les personnes concernées par cette mesure. Sur la question, Le Patriote croit savoir qui sont les partisans de l’ancien président Laurent Gbagbo qui sont concernés par cette mesure. « Grâce présidentielle: voici les pro-Gbagbo concernés », titre à sa Une le journal. « La clarification a été faite hier par le ministre de la Justice. Sur les 3100 personnes graciées, seuls 100 prisonniers de la crise post-électorale sont concernés », indique le journal.

Pour sa part, Nord-Sud Quotidien donne des détails sur l’exécution de cette mesure annoncée par le chef de l’État. « Pour ce qui est des conditions de libération, elles partent du nombre d’années de détention effectuée au bon comportement sans compter la qualité de l’infraction et la stature du prisonnier », explique le journal qui ajoute que, « si Simone Gbagbo entre dans les critères, elle sera libérée ».

Sur les milliers de détenus que compte la Côte d’Ivoire, il faudra en trouver 3100 à gracier. Dans ce sens, une réunion a été organisée afin d’établir la liste des personnes éligibles. C’est ce que fait savoir Fraternité Matin. « Liste des 3100 détenus à gracier: Gnénéma Coulibaly et les procureurs se sont concertés », titre en manchette le journal gouvernemental. « Le garde des Sceaux, ministre de la Justice, Mamadou Gnénéma Coulibaly, a tenu hier, une réunion à son cabinet avec tous les procureurs et le directeur des Affaires pénitentiaires. L’objectif était de s’accorder sur la liste des 3100 personnes qui doivent bénéficier de la grâce présidentielle accordée par le président de la République, Alassane Ouattara », fait savoir le quotidien.

Cependant, indique Soir Info, aucune liste n’a été établie au terme de la rencontre. « Nous avons eu une rencontre mais, nous n’avons pas arrêté la liste de détenus à gracier », a déclaré un agent du ministère de la Justice au journal.

Affaire de procès

A quelques semaines du procès de l’ex-président ivoirien à la CPI, Le Quotidien d’Abidjan affirme que le procureur de la Cour est pessimiste quant à sa victoire. «Bensouda ne croit plus à la condamnation de Gbagbo », barre t-il à la Une. Il est écrit c’est une mission difficile pour la procureure Fatou Bensouda qui semble ne plus être déterminée pour maintenir Laurent Gbagbo en prison. Selon lui, la raison de ce doute provient des murmures provoquées par la démission du juge allemand Bertam Schmitt. Cette démission pourrit l’atmosphère à la CPI, affirme le journal.

Quant à Soro Guillaume, Notre Voie titre à la Une : «Après son discours incendiaire contre la France : Soro attendu de pied ferme à Paris ». En effet, le journal rapporte les propos tenus par un juriste résidant en France et au fait du dossier. Ce dernier a affirmé que «une visite privée à Paris n’est pas aujourd’hui une initiative sans risque pour Guillaume Soro. Il peut être à tout moment arrêter par la police sur ordre de la juge d’instruction Sabine Khéris. On pourrait dire que M. Soro est attendu de pied ferme à Paris s’il s’y aventure en visite privée ».

Du côté de Simone Gbagbo, Le Temps croit que le pouvoir ivoirien ne veut pas la relaxer. «Refus de libérer l’ex-Première Dame : pourquoi Simone fait peur à Ouattara», tente de prouver le journal. Il soutient que «c’est parce que le président du Rdr a une peur bleue de cette dame au charisme exceptionnelle… Elle est imprégnée de la chose politique et habituée aux turpitudes et vicissitudes liées aux activités politiques»

linfodrome.ci

 

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment