10212017Headline:

Côte d’Ivoire: Affaire découverte d’armes : Bédié vraiment dans la tourmente

Décidément, les prochaines élections en côte d’ivoire  s’annoncent de plus en plus rocambolesques ! Entre l’affaire achat d’armes et financement de la rébellion, c’est à présent au tour de l’ex président ivoirien Henri Konan Bédié, président du parti démocratique de côte d’ivoire  d’occuper la une des journaux.

 

Ce coup de projecteur, il le doit à Koné Moussa, l’un des collaborateurs proches de Guillaume Soro, qui a affirmé récemment sur les réseaux sociaux que le sphinx de Daoukro avait financé l’achat des armes ayant servi à combattre l’ex régime de Laurent Gbagbo

Souvenez-vous, il y a quelques années des révélations concernant le financement du groupe armée MPIGO dans l’ouest de la côte d’ivoire par l’ex président Bédié  avait fait grand bruit, d’autant plus quand Vincent Kouakou, président de l’ONG Milut   avait déclaré pouvoir prouver à tout moment via relevés bancaires et autres documents implication l’ex chef de d’Etat dans  la rébellion.  Le clan Bédié a toujours nié en bloc jusqu’à aujourd’hui. “Ces faits sont graves, il faut les traiter sans passion et éviter d’ouvrir d’autres fronts, inutilement. Lancer des tweet malheureux du genre « Bédié a financé des armes contre Gbagbo » ne va nullement absoudre M. Soul To Soul des charges qui pèsent sur lui” avait déclaré le porte parôle du Pdci, Adjoumani Kouassi au lendemain de la déclaration.

Tout cela nous ramène donc à cette journée du 25 mai ou Koné Moussa, chargé de communication du PAN  déclare sur twiter que « Bédié avait financé la rébellion à hauteur de trois milliards de francs cfa », de quoi venir étayer un dossier sur la découverte récente d’armes à Bouaké dont les investigations sont en cours afin de trouver les propriétaires.

De par cette insinuation, Moussa Touré reconnaît au président du PDCI un rôle déterminant dans la rébellion ivoirienne. Ce dernier serait l’un des financiers du mouvement armé qui a défiguré la Côte d’Ivoire depuis septembre 2002, et qui a permis l’accession du président Alassane Ouattara au pouvoir après une crise postélectorale qui a officiellement fait 3000 morts.

Les comptes seraient donc en train de se régler au RHDP. Et chaque faction fourbit ses armes pour affaiblir son adversaire. Les observateurs s’attendent à entendre des révélations aussi bien graves que troublantes si cette enquête va jusqu’à son terme.

imatin

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment