12182017Headline:

Côte d’Ivoire – Affaire Diendéré un vent de panique au sein du régime Ouattara à Abidjan

ado compaore

La débâcle de Diendéré à la suite de la fuite de Compaoré il y a près de 1 an pourrait faire de gros dégâts dans les rangs du régime d’Abidjan. En effet, il est de notoriété publique que les soldats d’élite issus du Régiment Présidentiel de Sécurité du Burkina-Faso ont combattu au sein de la rébellion ivoirienne mais aussi durant la cries posteélectorale de 2011 en Côte-d’Ivoire aux côtés des FRCI. En outre, de bonnes sources, leur présence au sein de la garde présidentielle de Ouattara [Palais comme résidence privée] est connue de tous. Certaines sources vont jusqu’à signaler la présence de ses mêmes commandos RSP dans des zones sensibles de la Côte-d’Ivoire telle que le Mont Péko ou l’école militaire de Zambakro. Le gouvernement ivoirien avait récemment refusé de condamner le putsch contre le Président Kafando, masquant avec beaucoup de difficulté sa satisfaction.

Dans les heures qui suivent l’ultimatum lancé par les Forces armées du Burkina-Faso appuyés par des Français et des Américains [les soldats de Diendéré ont jusqu’à 10 heures TU mardi pour se rendre], se jouent non seulement l’avenir d’une des forces militaires criminalisées les plus nuisibles à la stabilité de l’Afrique de l’ouest, mais aussi l’avenir d’un régime ami, celui d’Abidjan privé de sa base arrière. « Des événements d’une gravité certaine risquent de se produire » au Burkina avait averti l’Ambassade France lundi dans un communiqué appelant ses ressortissants dans le pays à « observer un confinement total à domicile ».

Par Hervé Coulibaly avec GDA

connection

 

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment