07242017Headline:

Côte d’Ivoire /Affaire facture Cie-Discours 1er Mai/ Pourquoi Ouattara n’a pas limogé ses ministres ?

ouattara 1

A son discours du 1er mai, à la faveur de la fête du travail, le président de la République, Alassane Ouattara a annoncé la suspension de certaines mesures prises par ses ministres Gouassou Touré du transport, Adama Toungara de l’énergie. Comme de la moutarde, la grogne sociale est montée jusqu’au président Ouattara. Pour calmer les ardeurs, le chef de l’Etat a décidé de prendre en compte les préoccupations de son peuple tout en désavouant ses ministres. Alors la question qui s’impose est de savoir si Gaoussou et Toungara ont fauté ? Si dysfonctionnement il y a eu, pourquoi n’ont-ils pas été limogés ?

Si la suspension par le président de la République des mesures prises par les ministres Gaoussou et Toungara viennent soulager les populations, il n’en demeure pas moins que le message du premier magistrat de la Côte d’Ivoire laisse des zones d’ombre. Procédons juste par des hypothèses pour essayer d’apprécier les choses. Premièrement, si les mesures prises par les ministres concernés sont arrêtées en conseil de gouvernement, alors le président de la République, lui-même est bien saisi du dossier. Donc pas étranger aux mesures. Deuxièmement, si les mesures étaient prises pour une phase pilote, dès les premières heures, les populations avaient déjà manifestées de l’antipathie pour lesdites mesures. Mais le gouvernement a feigné de ne pas sentir les cris de son peuple. Les ministres de Ouattara ont continué de maintenir la pression. Gaoussou Touré, Adama Toungara, Bruno Koné, Jean L Billon comme des boucs-émissaires essuyaient le courroux du peuple sur les réseaux sociaux. Le dialogue entre les ivoiriens et leurs ministres étaient rompu. Plus aucun argument venant des ministres n’arrivait à convaincre les populations. Et le faussé devenait de plus en grand au point de créer des disparités. Toutefois les ministres appuyaient sur l’accélérateur sans trouver la solution. Avaient-ils les cartes en main ? Et même s’ils avaient les cartes en main, ils n’étaient certainement pas les maîtres du jeu. Si a contrario, ils en étaient, alors il faudra situer les responsabilités. Pour savoir qui a failli à sa mission ? En désavouant ses ministres face aux mesures prises qui faisaient saigner la poche de l’ivoirien, le président de la République aurait pu aussi limoger ces hommes. Car en corrigeant lesdites mesures, c’est qu’il aurait constaté une faute ou un dysfonctionnement. Lequel manquement a réveillé la fronde sociale. Sous d’autres cieux, on assiste à des démissions ou à des limogeages. Quand est-ce qu’on cultivera cette culture chez nous ?

 

Par Ange T. Blaise

imatin

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment