05222019Headline:

Côte d’Ivoire Affrontements ‘Gnambros’Elèves Véritable scène de guerre des blessés graves

frci population

Affrontements ‘Gnambros’Elèves : La Fesci en renfort assure la victoire puis appelle au calme

Véritable scène de guerre vendredi à Agboville. Cailloux de différentes tailles, planches ayant servi de barricades, pneus enflammés et divers autres matériels dont des gourdins, étaient visibles au rond-point de la ville.

C’était la bagarre. « On a frôlé la mort ici », rapporte dame Kéïta, vendeuse de tomates au marché jouxtant le rond-point et arrivée tôt le matin avec ses étales. A cet endroit, en effet, plusieurs centaines d’élèves, pantalons retroussés, visages en charbon pour certains, torses nus pour d’autres, ont affronté et vaincu des chauffeurs de taxi appuyés par les ‘Gnambros’ et autres coxer, à la suite d’une bataille rangée suivie de course-poursuite à travers le marché.

On dénombre une dizaine de blessés dans les deux camps, et un passant qui a eu l’oreille partiellement arrachée et son portable volé. Trois cars de renfort de la Fesci seraient, en effet, venus prêter main-forte aux élèves d’Agboville, qui avaient été humiliés la veille (jeudi) par les chauffeurs de taxi aidés des coxers.

Tout est parti, en effet, de la mort accidentelle le mercredi 03 décembre à 18H15, de la jeune Doumbia Salimata, élève en classe de terminale A au lycée III d’Agboville, renversée sur le trottoir, elle et ses trois copines, par un chauffard à bord d’une bâchée. La rumeur publique parlera d’un taxi. Conséquence, le lendemain jeudi, avant l’inhumation de Mlle Doumbia, des centaines d’élèves envahissent la ville en pleurs, photo de la défunte en main. L’effet du groupe aidant, ils s’en prennent aux taxis-ville, dont onze (11) véhicules seront endommagés avec pare-brise cassés. La riposte des chauffeurs fut fatale aux élèves, qui ont du leur salut par l’abandon de leurs uniformes kaki, pour ne pas se faire reconnaître. Les élèves de tous les établissements avaient donc décidé d’en découdre avec les chauffeurs de taxi et assimilés, le lendemain (vendredi). Ce qui fut fait. « Nous avions annoncé un match-retour, ça a eu lieu », lance fièrement un élève, le pantalon kaki déchiré au niveau du genou.

Malgré l’intervention de la police, aidée de la gendarmerie, l’affrontement tant redouté a eu lieu. Et pourtant les autorités avaient donné quartier libre aux élèves pour ce vendredi, afin d’éviter tout rassemblement et débordement. Peu après 13H00, Agboville retrouvait son calme, en attendant l’arrivée ce samedi matin, prévue de longue date, de Birahima Ouattara dit ‘Photocopie’, ministre des Affaires présidentielles et frère cadet d’Alassane Ouattara.

Jean-Yves BOKA (Région Agnéby-Tiassa)

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment