03262017Headline:

Côte d’Ivoire: Affrontements Lobis-Peuls a fait 17 morts en un jour et de nombreux blessés

affrontement lobi peul

Le premier bilan officiel du conflit entre les Lobis et Peulhs parvenu ce vendredi a nous fait état de 17 morts et des blessés dont le nombre n’a pas été pour l’heure révélé .

A en croire une source locale, l’affrontement entre les Koulangos  tuteurs des peulhs et les Lobis, débuté à la mi-journée du jeudi s’est propagé dans certaines contrées de la région du Boukani située au nord-est du pays.

A en croire toujours notre source, cinq personnes ont perdu la vie à dans la ville de Bouna, deux dans le village de Saye, six à Ditoureouo, deux à Yalo et deux autres à Sitedouo. Ce qui fait pour l’heure un bilan de 17 morts.

Un calme précaire règnerait ce vendredi dans la zone où commerces, banques et autres ont fermé. La psychose qu’une reprise des affrontements a gagné la ville .

Nous apprenons que les chasseurs traditionnels Dozos se livrent ce matin à une chasse aux malinkés. Les populations apeurées se réfugient  dans la base de l’ONUCI.

Donatien Kautcha, Abidjan

koaci

Bouna, 25 Mars (AIP)-plus de Quatorze personnes ont péri et 34 autres blessées dans des affrontements inter-communautaires qui ont opposé, jeudi, à Bouna des populations autochtones Koulango et Lobi, selon une source médicale qui livré l’information à l’AIP.

Un blessé, dont le cas est jugé grave, a été évacué au centre hospitalier régional de Bondoukou. Le marché de la ville a été mis à sac, a constaté l’AIP.

A l’origine, explique-t-on, des griefs des Lobi à l’endroit d’éleveurs peulhs dont les bœufs dévastent les champs, ont emmené ceux-ci à s’en prendre aux peulhs vivant à Gnandégué (à sept km de Bouna). Exaspérés par ce geste qu’ils qualifient d’abusif, les Koulango, propriétaires terriens ont à leur tour attaqué les Lobi pour rendre, selon eux, justice aux peulhs. La situation a dégénéré et s’est déportée dans la ville de Bouna. Elle a occasionné des attaques, persécutions, exactions au sein des communautés belligérantes vivant dans la ville.

Un détachement du Bataillon de sécurisation de l’Est (BSE) est dans la ville pour ramener le calme.

Il y a une accalmie précaire, les populations se méfiant toujours les unes des autres. Une réunion est en vue à l’initiative du roi de Bouna, Djarakoroni 2 pour apaiser les esprits, fait-on savoir.

(AIP)
on/gak/ask

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment