10212018Headline:

Côte d’Ivoire: Alain Lobognon pas intimidé par les MI-24 à Fresco.

La fin de campagne a été quelque peu tumultueuse pour Alain Lobognon dans la commune de Fresco. Deux hélicoptères de type MI-24 ont survolé la ville à basse altitude, ce jeudi, créant la psychose au sein de la population. Mais le Maire sortant a demandé à ses partisans de rester sereins.

Ancien militant du Rassemblement des républicains (RDR), Alain Lobognon a pris ses distances avec le parti présidentiel pour militer en faveur d’une candidature de Guillaume Soro à la présidentielle de 2020. Mais avant cette échéance, le Maire RDR de Fresco, en rupture de ban avec la rue Lepic, est candidat indépendant à sa propre succession dans ladite commune.

En meeting, ce jeudi 11 octobre 2018, devant ses partisans venus de toutes parts pour l’écouter, un fait étrange s’est produit. Il s’agit du survol à basse altitude de l’espace du meeting par deux hélicoptères MI-24, et ce, durant environ 8 minutes. Toute l’assistance était donc médusée et saisie de frayeur.

Mais le Député-Maire de cette ville côtière a tenu à rassurer sa population. « N’ayez pas peur parce que nul ne pourra effrayer Fresco ! N’ayez pas peur parce que je suis là ! N’ayez pas peur parce que samedi, nous allons gagner ! Et dans les 26 résultats, nous serons premiers », a martelé le candidat de la liste “Ensemble pour Fresco”, avant d’ajouter : « Ce que nous demandons aujourd’hui, ce n’est pas des avions pour circuler et puis rentrer à Abidjan. Ce que nous demandons, ce sont des routes, des voies praticables. »

Il a par ailleurs conseillé à ses soutiens de ne pas succomber à la provocation. « Ne répondez pas aux provocations. A 17 h 45 mn, allez attendre sagement au front lagunaire. Parce que, quand vous allez savoir que nous avons gagné, des gens vont mettre le feu à leurs maisons pour vous accuser. Ils vont déchirer leurs habits et accuser les jeunes », a-t-il prévenu.

Convaincu d’être réélu à la tête de la commune, ce proche collaborateur de Guillaume Soro déclare : « A partir de 2020, rien ne va se décider sans Fresco et la région du Gbôklè. »

Mais à quoi obéit cette manœuvre militaire en cette fin de campagne à Fresco ? S’agit-il d’une opération de sécurisation des élections, ou plutôt une intimidation d’un candidat ?

Quoi qu’il en soit, l’ancien ministre des Sports ne se laisse point démonter, promettant à ses partisans la victoire au soir du 13 octobre 2018.

 

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment