05262017Headline:

Côte d’Ivoire-Alternance 2020: Grand Désaccord entre Alassane Ouattara et le Pdci

 

bedie ala

Il y aurait comme un truisme à dire qu’Alassane Ouattara et son puissant allié du Pdci ne parlent pas tout à fait le même langage sur « l’alternance en 2020 ». Les dissonances entre les deux parties sont apparues au fil des interventions publiques des différents leaders.

Alassane Ouattara en a donné une parfaite illustration dans sa grande interview aux deux médias de service public Rti 1 et Fraternité Matin ainsi qu’à leurs confrères étrangers France 24 et Bbc. La question a été posée au chef de l’État d’une manière extrêmement claire : « M. le président, l’alternance c’est dans cinq ans. Vous ferez la passe au Pdci. Confirmez-vous cela ? ». Alassane Ouattara n’a justement pas confirmé que le Pdci était assuré de défendre les couleurs de la famille houphouétiste en 2020 : « Je suis d’accord avec l’appel de Daoukro. Nous devons arriver à un parti unifié, c’est cela l’objectif. Je l’ai dit et répété. Les questions de personnes ne m’intéressent pas. Nous devons avoir un grand parti unifié. Et c’est ce qui fera la stabilité de la Côte d’Ivoire. Si nous parlons d’alternance aujourd’hui, c’est parce que nous avons encore le Pdci-Rda, le Rdr et autres. Il y aura une alternance et elle est certaine par rapport à ma personne parce que moi je ne serai pas candidat en 2020. A partir de là, le parti unifié verra les mécanismes par lesquels on doit choisir la meilleure personne pour aller aux élections ».

Pour Alassane Ouattara, les choses ne souffrent d’aucune ambiguïté : le meilleur d’entre les cadres, au sein du parti unifié, sera choisi pour être le candidat de la future force politique. L’idée que ce candidat devra être nécessairement un ancien cadre du Pdci n’est pas contenue dans la réponse du chef de l’État. Or, à la convention d’investiture du candidat unique du Rhdp pour l’élection de 2015, Henri Konan Bédié, solide président du Pdci, ne s’était pas montré particulièrement sibyllin sur la question de l’alternance en 2020 : « Comme vous pouvez l’imaginer, notre prochaine étape sera la mise en place des structures d’une grande formation politique permettant aux différents éléments constitutifs de se retrouver pour échanger, d’être ensemble pour animer la vie politique de notre pays. Cela nous permettra de conquérir et d’exercer le pouvoir d’Etat. Dans ce futur grand ensemble, des dispositions seront prises pour exercer alternativement le pouvoir suprême, l’année 2020 étant prioritairement celle d’un cadre issu du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire ». On ne saurait prétendre que les propos d’Alassane Ouattara et ceux de Henri Konan Bédié se rejoignent parfaitement dans leur interprétation de…l’appel de Daoukro. Le sujet est forcément délicat.

Et si les cadres du vieux parti, Maurice Kacou Guikahué en tête, entretiennent la fougue militante et martèlent à longueur de discours, que 2020 sera l’année du Pdci, ceux du Rdr se montrent circonspects, voire silencieux. En soutenant que l’alternance « par rapport à (sa) personne est certaine » et qu’en 2020, le meilleur sera choisi au sein du parti unifié, sans faire référence au Pdci, Alassane Ouattara brouille les calculs de nombreux cadres de la coalition. Si le candidat unique du Rhdp venait à être réélu au terme de la présidentielle de 2015, la bataille qui s’en suivra pourrait être féroce.

Kisselminan COULIBALY

L’INTER

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment