11182017Headline:

Côte d’Ivoire-Après la dégaine des FRCI: Les banques priées de mettre la main à la caisse, selon L’Eléphant déchaîné

grogne des frci et nego

L’oubli volontaire de ce problème par Soro Guillaume alors « meilleur Premier ministre de Gbagbo » qui dormait sur un confortable budget de souveraineté de près de 17 milliards FCFA, signataire pour le compte de ses éléments des ex-forces nouvelles et la négligence, par la suite, du même Soro Guillaume sous le régime Ouattara, alors qu’il était le ministre de la Défense en plus de son titre de Premier ministre, vont coûter aux contribuables ivoiriens, la somme de 50 milliards de FCFA. A payer, comme l’a annoncé le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, en deux temps. Fin novembre et fin décembre 2014. Sauf que l’Etat n’a pas cet argent. Et qu’il va falloir le trouver en urgence auprès des banques en Côte d’Ivoire. Une sorte d’emprunt obligataire qui ne dit pas son nom. C’est que, selon les sources de « L’Eléphant », les patrons de toutes les banques exerçant en Côte d’Ivoire ont été conviés avant-hier à une rencontre d’urgence au cours de laquelle ils ont été priés de racler les fonds des coffres forts pour trouver 25 milliards de FCFA d’ici la fin de ce mois et 25 autres milliards à la fin du prochain mois (avant le 31 décembre 2014). La situation étant grave, elles devront tirer l’Etat de cette mauvaise passe au nom de la paix. Lequel Etat verra plus tard, comment rembourser cet argent. Et voilà ce qui arrive, quand, au lieu de parler des vrais problèmes de la République, on mobilise les forces et les fonds de la République pour envoyer des gens en mission dans des 4X4 rutilantes louées au frais du contribuable. Pour parler de l’appel de Daoukro. Dans un pays où l’on est en campagne électorale 24 heures sur 24, cinq ans sur cinq ans. Pendant que le peuple crève dans les hôpitaux publics sans moyens et sans médicaments.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment