10212017Headline:

Côte d’Ivoire : Après les mutins, un autre groupe de militaires menace…/Voici leurs noms

Un autre groupe de militaires ivoiriens, constitué d’ex-Fafn et d’ex-Fds, ont également commencé à menacer les autorités ivoiriennes. Se faisant appeler « Sierra-Delta de Côte d’Ivoire », ces militaires interpellent le président ivoirien sur la nécessité d’inclure toute l’armée dans « ses » solutions.

C’est à croire que le calme n’est nullement revenu au sein de la grande muette malgré les efforts du gouvernement. Alors qu’Alain-Richard Donwahi, ministre auprès du président de la République chargé de la Défense, se rend, ce vendredi, à Bouaké pour trouver une solution aux revendications des mutins, qu’un autre groupe de soldats sort de sa torpeur. À travers une déclaration on ne peut plus menaçante, ce groupe exige du président de la République, chef suprême des armées, qu’il traite le problème de l’armée ivoirienne dans son entièreté et sa globalité. Selon eux, chercher à contenter un seul groupe pourrait être cause d’une frustration aux conséquences dommageables.

Voici donc un large extrait de leur déclaration dont copie nous est parvenue :

« Déclaration numéro 002/12 Janv.2017 des Sierra-Delta de Côte d’Ivoire (Soldats dévoués pour la CI)

Dans notre Déclaration N°001 faite le 27 juillet 2015, nous attirions l’attention de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef suprême des Armées, sur les dangers que faisait courir une certaine « mafia dans l’armée » à notre cher pays. Nous y affirmions que les solutions apportées par nos autorités aux problèmes d’une « partie » de l’armée portaient en elles les germes d’une fragilisation de la cohésion entre militaires. À l’époque, nous n’avions pas été écoutés.

Le 06 janvier dernier, nous, militaires de CI avons manifesté bruyamment pour réclamer de meilleures conditions de travail, une augmentation de nos soldes de présence, ainsi que d’autres soucis parmi lesquels la prime dite d’Ecomog, prime devant récompenser l’ensemble des forces (ex-Fafn, ex-Fds, éléments associés) ayant participé à la pacification de la CI, répondant à l’appel du Président élu SEM ADO, alors reclus au Golf Hotel. Une fois encore, l’état est sollicité pour satisfaire à nos doléances. Le PR a pris le ferme engagement d’étudier nos doléances et d’y attacher des solutions, solutions qui seront connues ce vendredi 13 à l’occasion d’une rencontre avec le ministre chargé de la défense. Tandis que nous sommes en attente de cette rencontre fatidique, nos frères d’armes, ex-Fafn manoeuvrent en solitaire en vue d’être les seuls bénéficiaires de la prime mentionnée ci-haut. Vu cette façon de faire, qui est de nature à entamer la cohésion entre nous, nous Sierra-Delta de CI, en appelons à la vigilance de nos autorités, prenons le peuple ivoirien à témoin et affirmons:

Qu’en dépit de la situation actuelle, nous restons fermement attachés aux valeurs républicaines.

Que si en octobre 2014, la grogne des ex-Fafn au sein des FRCI (aujourd’hui FACI) a pu permettre le paiement au forceps de leurs arriérés de solde (environ 5 millions chacun), leur promotion au grade de sous-officiers, sans que nous autres ne soyons touchés par ces « largesses présidentielles »… (On vous épargne la frustration ressentie…), nous ne saurions accepter une deuxième frustration de la part de nos autorités. En préjugeant que les autorités le savent, nos frères d’armes ex-Fafn oublient qu’ils n’ont pas été les seuls à combattre à Abidjan pour la restauration de la paix et de la sécurité intérieures. Ils oublient que le président élu a lancé un appel aux ex-Fds de se mettre du côté de la république (ce qui s’est réalisé) .Ils oublient que des démobilisés ont prêté main forte, des civils se sont volontairement associés en prenant part aux combats… Que dire des combattants tombés, certains handicapés, d’autres marqués à jamais ? Bref, les fruits des efforts collectifs ne peuvent profiter à un groupe uniquement. Si prime il y a, tous devraient en bénéficier. Agir à contrario serait faire preuve d’une injustice criante à l’égard d’une bonne frange des hommes en armes.

Excellence Monsieur le Président de la République, Chef suprême des Armées, monsieur le ministre auprès du Président de la République chargé de la Défense, monsieur le Général de Division, tout nouveau Chef d’état-major des Forces armées de Côte d’Ivoire, l’armée de Côte d’Ivoire compte sur vous, le peuple ivoirien dont l’armée est l’émanation compte sur vous.

Décidez ce qui est bien pour la CI, décidez ce qui est juste pour la CI…Vous êtes face à des prises de décisions historiques. La Nation vous regarde. Une Nation, Une Armée…

Pour le Porte-parole des Sierra-Delta de CI, le Charlie-Papa-Lima ».

Face à tous ces bruits de bottes, les Ivoiriens en appellent à la sollicitude du président Alassane Ouattara afin de trouver une solution définitive aux problèmes de l’armée ivoirienne. Il y va de la stabilité du pays.

autre presse

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment