12092016Headline:

Côte d’Ivoire: Assises, l’audience de Simone Gbagbo à nouveau suspendue, la Défense menace de boycotter le juge

simone-3

L’audience de l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simome Gbagbo poursuivie par la Cour d’assises pour crimes contre l’humanité a repris ce mercredi matin, comme promis par le Parquet général.

Malheureusement elle n’est pas allée à son terme comme constaté par KOACI. présent à la Cour d’assises, parce que la Défense a souhaité la comparution de certaines personnalités qui étaient absentes au Tribunal, notamment Guillaume Soro, Ahoussou Jeannot.

Cette nouvelle situation de blocage n’a pas été du goût du Président de la Cour Boiqui Kouadjo qui a selon la Défense pris une décision unilatérale en établissant un calendrier de passage des témoins.

Dans ce chronogramme de passage, «les témoins importants » de la Défense comparaitront le 16 novembre prochain.

Il s’agit de Guillaume Soro, de Ahoussou Kouadio Jeannot, de Brindou M’Bia, de Kassaraté Tiapé Edouard, de Philippe Mangou tous cités à comparaitre pour la « manifestation de la vérité ».

Après l’annonce de ce chronogramme de passage, le Président de la Cour a levé l’audience du jour qui reprendra en principe le lundi 6 novembre prochain avec le passage de certains témoins supplémentaires.

La Défense n’entend pas se conformer à cette décision du Président Kouadjo Boiqui, puisqu’elle n’est pas d’accord.

«Ce sont les acteurs principaux des faits qui en réalité ne sont pas nos témoins. Ce sont les acteurs des faits. Il revenait à la Cour, aux juges d’instructions, au Procureur général de les faire citer dans la procédure. Cela n’a pas été fait et ça été fait à dessein. La justice ivoirienne ne voulait pas savoir ce qui s’est passé dans les faits. Et nous ferons tout ce qu’il faut pour que ces personnes soient entendues. Et je vous le dis ces personnalités seront absolument attendues. Il y a rien à faire, » a déclaré maitre Rodrigue Dadjé.

«La Cour a pris cette décision et nous a pas laissé le temps de réagir. Encore que nous aillons voulu réagir. Pour l’heure, les avocats vont se concerter parce que nous allons aviser.

Pour l’instant nous pouvons vous dire que nous ne sommes pas d’accord avec la décision prise, parce que cela dérange l’ordre que nous avons établi, » a poursuivi un autre avocat.
Il faut cependant noter que des débats houleux entre la Défense, la Cour, le Parquet et la Partie civile ont précédé cette décision du juge.

Le Parquet général avait déclaré qu’il ne peut pas obliger les témoins de la Défense à comparaitre.

La Partie civile prenant position pour le Parquet a indiqué que le Procureur ne pouvait pas faire comparaitre quelqu’un au profit de la Défense.

C’est sur ces questions techniques qui n’auront pas de solutions, que le Juge Boiqui Kouadjo a suspendu l’audience du jour.

Wassimagnon, Abidjan

koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment