05252017Headline:

Côte d’Ivoire: Assises,ce que dit un «fugitif» parmi les témoins sur Simone Gbagbo ,son époux et Blé Goudé

gbagbo simone blé goude

Côte d’Ivoire: Assises, un «fugitif» parmi les témoins affirme que Simone Gbagbo son époux et Blé Goudé ont donné l’ordre de tuer les militants du RDR à Wassakara

Militant du Rassemblement des républicains, (RDR), Fofana Kassoum a témoigné ce mercredi dans le cadre du procès de l’ex-Première dame.

Victime selon lui des miliciens qui s’exprimaient en anglais et de gendarmes, Fofana aurait été arrêté à Wassakara dans la commune de Yopougon avec neuf autres militants.

Ce dernier a affirmé à la barre que ceux qui ont donné l’ordre de tuer les gens au siège du RDR à Wassakara, sont Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé et Simone Gbagbo.

Fofana Kassoum a aussi révélé qu’il se serait enfui de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) à la faveur d’une mutinerie où il avait été convoyé après son arrestation.

Face donc à cette révélation du témoin, le juge Boiqui Koiadjo lui a demandé s’il était un fugitif.

En réponse à cette question Fofana a répondu non parce qu’il n’avait pas été jugé.

Avant la déposition de ce témoin, un autre du nom de Souleymane Soumahoro victime selon lui de la barbarie d’un policier de Brigade anti émeute, (BAE), le dimanche 29 avril 2011 aurait perdu un œil.

Il a même retiré devant la cour l’œil artificiel qui lui a été posé en remplacement de l’œil endommagé.

Ce dernier a soutenu que c’est Simone Gbagbo qui est à la base de son malheur parce qu’elle aurait tenu des propos haineux.

Ce garagiste automobiles précise que c’est sur son lieu de travail situé derrière le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Yopougon qu’il a été bastonné le jour des faits par des éléments de la BAE encagoulés avec ses employés qui les ont confondu à des rebelles.

Le témoin accuse ceux qui étaient au pouvoir et soutient qu’il ‘a reconnu le policier de la BAE.

«La Première dameSimone Gbagbo  fait partie des chefs », a ajouté Souleymane Soumahoro.

Pour lui, certains propos tenus par l’ex-Première dame et son époux, notamment « on gagne ou on gagne » auraient entraîné les violences post-électorales dans le pays.

Le premier témoin du jour était Dembélé Amadou, un autre militant du Rassemblement des jeunes républicains (RJR).

Il est venu confirmer le décès de son frère Dao Drissa en brandissant le certificat de décès de la victime qui aurait trouvé la mort suite à sa bastonnade par des éléments de la CRS à un barrage à N’Pouto, le 17 décembre 2010.

Le témoin Diomandé Alassane, la trentaine, aurait assisté à l’assassinat de quatre personnes à Yopougon, dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 avril 2011, à la mosquée du quartier Camp militaire.

Cet témoin étudiant est l’un des rares à avoir les faits avec précision en essayant même de mettre en déroute par moment les avocats de la Défense.

Ce dernier a accuséSimone Gbagbo d’avoir tenu des « discours de haine ». Son témoignage a failli créer un clache entre les avocats de la partie civile et la Défense.

La partie civile a estimé qu’il est l’objet d’un harcèlement, puisque la Défense lui a demandé de reconstituer les faits, un exercice auquel, il s’était déjà prêté lors de son interrogatoire par le juge.

Wassimagnon, Abidjan

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment