10172017Headline:

Côte d’Ivoire :Bientôt 6 ans /ces lois du gouvernement qui sont restées dans les tiroirs

salubrite,bruno,fumer

Mais depuis bientôt 6 ans, rien de toutes ces lois n’ont été rigoureusement appliquées malgré le charisme de gouvernance affiché par le président Ouattara.

En mai 2013, un décret portant interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation et de l’utilisation des déchets plastiques en Côte d’Ivoire et qui est  entré en vigueur depuis le 08 novembre 2014 a été abandonné en cours de route. Au vu et au su de tous, les sachets plastiques sont fabriqués, importés, commercialisés et utilisés devant l’impuissance d’un gouvernement qui donne l’impression d’être complice.

Pourtant, il y a une réalité à laquelle l’Etat ivoirien n’avait pas pris connaissance dans sa feuille de route.  Les usines de fabrications de sachets plastiques appartenant pour la plupart aux libanais versent des impôts et taxes considérables à l’Etat de Côte d’Ivoire. Pour passer de la fabrication des sachets plastiques au biodégradable comme le recommande le gouvernement ivoirien, cela peut prendre plusieurs années de recyclage, or pendant ce temps que font ces entreprises pour vivre ?

Jetons un peu plus un regard en arrière, précisément le 10 octobre 2012, une loi portant interdiction de fumer dans les lieux publics et les transports en commun a été adoptée. Mais depuis cette prise de décision, aucun suivi, au contraire le constat est qu’on fume le plus dans ces lieux interdits pourtant cette loi visait à réduire les maladies causées par le tabac.

Le 05 mai de l’année dernière, ce même gouvernement décide d’interdire l’utilisation des produits de dépigmentation comportant de l’hydroquinone au-delà du seuil de 2%. Là encore, pas de suivi puisque les femmes, surtout les jeunes filles changent leurs peaux de jours en jours. Une loi qui pour la plupart des ivoiriens était une très belle initiative pouvant freiner la dépigmentation de la femme ivoirienne a été vite oubliée dans les tiroirs du ministère de la santé au grand bonheur des cafards.

Et récemment, un projet de loi visant à régulariser le secteur de l’immobilier dans notre pays, adopté par la Chambre du droit des affaires et de l’immobilier lors d’un point de presse à la chambre de commerce et de l’industrie au plateau, est déposé sur le bureau de son ministère de tutelle qui en fait son éventail. Et donc enfin, que deviennent toutes ces lois ?

Par Marcel Hollay

-afriquematin.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment