05242017Headline:

Côte d’Ivoire: «Bourde de la Cpi », Voici ce que le FPI dit des cités de Bensouda..

Ivorian army chief General Mangou reviews his soldiers during a ceremony at the army's headquarters in Abidjan

Côte d’Ivoire: «Bourde de la Cpi », les cités sont des traitres selon le Fpi de Laurent Gbagbo

Au regard de l’importance des faits, nous nous doutions bien qu’ils allaient réagir. Les “Gbagbo ou rien” duFpi ont exprimé dimanche par un communiqué leur position et ont souhaité “rafraichir la mémoire” collective quant au cinq identités de témoins de premiers plans maladroitement dévoilées vendredi par le procureur Mc Donald de la cour pénale internationale (Cpi).

Ils estiment que le huis clos en partie dévoilée est révélateur, selon eux, d’un “complot en cours, depuis la délivrance du mandat d’arrêt contre le Président Gbagbo en passant par la première comparution, la confirmation des charges malgré la vacuité du dossier pour en arriver au procès depuis le 28 janvier 2016.” comme relevé.

Au sujets des trois généraux cités, Mangou, Kassaraté et Mbia, les compagnons deLaurent Gbagbo  estiment que ce qui est à retenir est qu’il faille les ranger au rang des traitres.

“Ce que la Nation est en droit de retenir pour ces personnes, c’est qu’elles ont choisi la voie de la trahison et de l’opprobre. ” relève KOACI.COM du communiqué signé de Boubakar Koné qui rappelle qu’après l’élection présidentielle et après la proclamation définitive des résultats par le Conseil constitutionnel, ces trois hauts gradés, ensemble avec les commandants de la Marine et de l’Armée de l’air, sous la conduite du général Philippe Mangou, sont allés en toute légalité faire allégeance au présidentLaurent Gbagbo  déclaré vainqueur de l’élection présidentielle et proclamé Président de la République par ledit conseil avant, après l’intervention de l’armée française et la chute de ce dernier, d’aller faire allégeance au président Ouattara au Golf hôtel.

Pour les fidèles à l’ancien président, qui estiment qu’ils pourraient eux aussi être dans le box des accusés en raisons de leurs actes posés durant la crise, leurs témoignages anonymes à charge contreLaurent Gbagbo relèvent d’une corruption pour trahir.

“Leur présence comme témoins à charge, là où la logique aurait voulu les voir aux côtés du président Laurent Gbagbo, comme auteurs directs des incriminations non fondées de la CPI, donne raison aux militaires qui les renient ainsi. Il est désormais loisible d’affirmer que les généraux de déshonneur ont été corrompus en vue de trahir. Ils ont mis en péril la légalité qu’ils avaient le devoir de défendre contre les prébendes et le maintien de leur bien-être individuel comme prix de la traîtrise et de la forfaiture. Fidèles à leur option de couardise, ils avaient espéré se camoufler sous le couvert de l’anonymat afin de pouvoir débiter des contre-vérités.” relève t’on dudit document transmis.

Au sujet des deux autres, les deux libanais, les “Gbagbo ou rien” mentionnent l’opportunisme de la politique du ventre.

“Quant aux deux autres témoins civils dévoilés, qui ont de tout temps été  adeptes de la politique du ventre, il n’est pas étonnant qu’ils aient mordu à l’appât du gain.” indique le 1er secrétaire Général adjoint et porte parole par interim qui poursuit: “Ellie Halassou n’a pas résisté longtemps pour rejoindre les rangs du RDR dont il a pris la carte de militant pour bénéficier d’une part des marchés gré à gré dans lequel le régime s’est spécialisé. ”

Pour Sam l’africain, le parti d’opposition estime qu’il s’inscrit dans la ligne droite de la récupération duFpi par le pouvoir en place.

“Il n’est un  secret pour personne que Sam l’Africain est l’homme de main de Affi N’Guessan désormais exclu du FPI. L’aversion de Affi N’Guessan pour le président Laurent GBAGBO et sa collusion avec Alassane Ouattara sont connues. Il ne fait aucun doute que Sam l’Africain est son bras séculier pour témoigner à charge contre le président Laurent Gbagbo.”

Enfin, les “Gbagbo ou rien” du Fpi, concluent en précisant demeurer “convaincu et persuadé que d’autres témoins de la même espèce, caractérisée par la traîtrise et le déshonneur,  restent encore tapis dans l’ombre et seront, eux  aussi, dévoilés  au grand jour”.

Amy Touré, Abidjan

koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment