10182017Headline:

Côte d’Ivoire : Ça coince pour Ouattara et Affi N’guessan,Révélation sur Konan Banny

 banny et ado

Toujours chaud au FPI

C’est le feuilleton au sein de la classe politique ivoirienne. La crise au sein du Front populaire ivoirien (FPI) se poursuit et comme il est de coutume depuis plusieurs mois, plusieurs journaux ivoiriens consacrent leurs Unes à cette question. C’est le cas de Le Temps qui indique que le président sortant du parti d’opposition est en difficulté. « Tournées d’intoxication des militants du FPI : week-end honteux pour Affi et son clan », livre à sa Une le journal. « Affi et ses suppôts sont vomis par les militants qui ne jurent que par le président Laurent Gbagbo. C’est lui qu’ils considèrent malgré le report du congrès comme président du FPI. Ce week-end a été encore douloureux pour le camp Affi. A Séguéla, c’est Diabaté Bêh qui s’est cassé la figure ce samedi 24 janvier 2015. A Assuefry, l’envoyé d’Affi a été totalement ignoré. Même spectacle à Nandjoumou », écrit le journal qui cite également les villes de Mankono et Alépé où les proches d’Affi N’Guessan auraient échoué à convaincre les militants du parti de Laurent Gbagbo.

De son côté, Soir Info choisi de s’intéresser aux relations entre Affi N’Guessan et Laurent Gbagbo. « Crise au FPI : les dernières confidences de Gbagbo sur Affi », titre en manchette le journal. Selon le quotidien qui cite Demba Traoré, proche de Laurent Gbagbo, « le président Gbagbo pense qui’il (Affi N’Guessan) a le droit d’être candidat contre lui à la présidence du FPI car, c’est la démocratie pour laquelle il s’est toujours battu. Mais, qu’il est peiné là où il se trouve, quand tu l’accuses de faire du faux, quand tu le traites de manipuler, quand tu t’en prends publiquement à sa femme ».

Cependant, Marcel Gossio, proche d’Affi N’Guessan continue de soutenir que la candidature de Laurent Gbagbo n’est pas le fait de l’ancien président ivoirien. C’est à Fraternité Matin que l’ancien DG du Port a livré ces impressions. « Crise au FPI : Gossio fait le grand déballage », titre le journal. A en croire le cadre du FPI, « l’ex-président Gbagbo n’a jamais été candidat. Ce sont certains de nos camarades qui n’ont pas le courage d’affronter le président Affi qui disent qu’il est candidat ».

Pour sa part, Le Patriote croit savoir que la crise au FPI a pris une autre tournure. Le journal indique qu’on est proche de la crise identitaire. « Les extrémistes du FPI basculent dans l’ivoirité et le tribalisme : Sangaré : ‘’Affi est un étranger’’ », livre à sa Une le journal. Cependant, le journal qui met cette déclaration au conditionnel dans son article se contente de commenter ce titre.

Présidentielle 2015

A moins de dix mois de l’élection présidentielle de 2015, un diplomate fait des révélations sur Charles Konan Banny. « Ancien gouverneur de la Bceao, ancien premier ministre, ancien président de la Commission dialogue vérité et réconciliation (Cdvr) de son pays, c’est un parcours personnel et impressionnant….M. Banny a de la crédibilité aux yeux de la communauté financière mondiale. Il a été un grand banquier, c’est connu de tous. On reconnaît que son action à la tête de la Bceao a apporté plus de crédit à cette institution bancaire régionale. Toutefois, il semble pécher dans sa communication, l’un des plus grands piliers sur lesquels tout candidat devra nécessairement s’appuyer », a-t-il fait savoir dans L’inter.

Dans le même journal, l’ambassadeur des États-Unis confie ce que souhaitent son pays et tous les amis de la Côte d’Ivoire, « c’est qu’il y ait en octobre 2015, des élections crédibles et transparentes. Avec la participation sans exclusive des Ivoiriens. Je crois que les conditions sont en train d’être mises en place pour qu’il y ait des élections crédibles et transparentes ».

Quant à Ahoussou Kouadio, il a livré le secret de Bédié sur l’appel de Daoukro. « Au congrès du Pdci, Bédié a dit de consolider l’alliance des houphouetistes. Il a dit, c’est cela son rôle le plus important. ”Quant Houphouet mourrait, il m’a laissé un Pdci-Rda uni. Cela s’est effrité dans mes mains. Je réconcilie le Pdci pour le laisser à tous les militants du Rdr, de l’Udpci… une famille reconstituée. Moi Bédié, j’aurai fini mon travail” », a-t-il révélé selon Le Mandat.

Au sujet de cette présidentielle, le député Kouadio Konan Bertin dit KKB déclare que « si les chantiers faisaient gagner, Bédié ne serait pas parti ». C’est le titre à la Une de Lg Infos. Il fait allusion au président Ouattara. En effet, le député candidat à l’élection présidentielle de 2015 affirme que « le pont Henri Konan Bédié n’est pas un pont de Ouattara. Ce n’est pas un hasard s’il porte le nom Hkb. Ce pont fait partie des douze chantiers de l’Éléphant d’Afrique… Ouattara n’a pas encore ouvert son livre de promesses. Pour l’heure, ce sont les chantiers qui datent de temps reculés de ses deux prédécesseurs que nous voyons. J’espère qu’il aura le courage de baptiser le pont de Jacqueville Laurent Gbagbo, puisqu’il en est le concepteur. Si les chantiers faisaient gagner, Bédié ne serait pas parti par un coup d’État. Il est l’initiateur de tous ses projets ».

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment