01202017Headline:

Côte-d’Ivoire /Ce que dit le ministre de la justice Gnénéma Coulibaly à propos des prisons

gnenema coulibaly

Le ministre de la justice et des droits de l’homme reconnaît que les prisons ivoiriennes ne respectent pas les normes internationales.
Gneneman Coulibaly l’a signifié ce mardi au sortir d’un entretien avec Mohammed Ayat, Expert Indépendant sur le renforcement des Capacités et de la Coopération Technique en matière de Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire.
“Ce n’est pas un secret pour vous. Vous savez que nos prisons ne sont pas au niveau des normes internationales car ce sont de vielles prisons qui par moment présentent des défaillances et le gouvernement s’est engagé à faire en sorte que nous nous dotions de nouvelles prisons,” a déclaré le garde des sceaux.
Le ministre ivoirien de la justice a également annoncé que le gouvernement est à la recherche de financement pour réaliser 22 nouvelles prisons.
“Nous sommes dans une phase de réalisations de 10 nouvelles prisons et si nous faisons cela, nous mettrons les prisonniers dans de meilleures conditions,” a précisé Gnénéma qui par ailleurs n’évoquera pas le sort des plus de 500 prisonniers politiques emprisonnés arbitrairement, sans jugement depuis 2011, jusqu’à ce jour dans les geôles du pays.
“Je suis là pour voir les différents développements intervenus entre les deux visites au niveau du respect et de la promotion des droits de l’homme. Je peux vous dire que j’ai eu un entretien très fructueux avec le garde des sceaux et il m’a briefé d’une manière très édifiante pour mon rapport,” a indiqué pour sa l’expert Indépendant sur le renforcement des Capacités et de la Coopération Technique en matière de Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire.

Gnenema saluera la coopération initiée par le haut-commissariat aux droits de l’homme des nations unis qui a mis à la disposition du pays un expert pour l’accompagner dans le renforcement des capacités en matière de droit de l’homme , de promotion et de protection car, selon lui: “comme d’habitude, nous avons fait un large tour de la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire.”
“Nous avons mis sur la table, les points faibles et les points forts et avons pris des engagements et des attaches pour que sa mission connaisse le succès qu’il faut. Mais pour nous, agir pour les droits humains, c’est d’abord pour les ivoiriens car ce sont eux qui s’expriment mieux et vivent mieux quand ils bénéficient de ces libertés. Les points faibles ce sont les conditions de détention.,” conclura t’il.
Avec l’emprisonnement sans jugement d’un nombre important d’hommes politiques et de leaders d’opinion, la Côte d’Ivoire pointe désormais parmi les pays les moins bien classés en matière de respect des droits de l’homme.
Wassimagnon
Source: Koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment