10232017Headline:

CÔTE-D’IVOIRE :Chef de file de l’opposition Affi sort de son silence /Ce qu’il dit

affi,bakayoko,ahoussou

Affi N’guessan émet des réserves sur le statut de chef de file de l’opposition

«Il n’est pas impossible que l’unité revienne

Affi N’guessan poursuit sa tournée sa tournée dans le district d’Abidjan. Mardi 12 avril dernier, au baron de Yopougon, le président du Front populaire ivoirien a échangé avec la chefferie Dan du district d’Abidjan, avec à leur tête chef Gnoli Jacques, chef central de Yopougon et porte-parole de la chefferie Dan du district d’Abidjan.

Pendant plus de trois heures, de 15 heures à 18 heures 10, l’ancien Premier ministre a exposé sa vision à la tête du parti fondé par Laurent Gbagbo non sans faire des éclairages sur la crise au sein du parti et sur la récente décision, du gouvernement ivoirien relative au statut du chef de l’opposition ivoirienne.

Sur la crise interne au Fpi, Pascal Affi N’guessan pense que les incompréhensions internes divisent, mais «qu’il n’est pas impossible que l’unité revienne », car jusque-là, aucun groupe ne s’est encore prévalu d’un autre parti politique que le Fpi, au sein duquel se mène le débat des enfants de la même famille.

Apportant des clarifications sur le statut du chef de file de l’opposition, récemment décidé en conseil des ministres, l’orateur a expliqué que ce n’est pas nouveau, ‘’car le Ghana, le Togo et même certains pays l’ont déjà adopté’’. Il s’agit, toujours selon ses dires, de conférer un droit à l’opposition dans ses rapports avec le pouvoir.

Affi N’guessan souhaite, à cet effet, que le statut ne soit pas du niveau d’un ministère d’Etat, mais plutôt d’une institution à part entière. Poursuivant son exposé, l’hôte des Dan a expliqué le bien-fondé de l’axe de son combat politique.

Selon lui, il a fait le choix du dialogue avec le pouvoir dans un souci d’apaisement, en vue de permettre aux Ivoiriens de refermer définitivement le chapitre des crises successives, avec son corollaire actuel de prisonniers, d’exilés, pour qui il a souhaité la fin du calvaire par ses actions, qu’il a portées à la connaissance de l’assistance, en situant les enjeux pour un parti politique de s’y atteler. «Un parti politique est créé pour le développement. Comment pouvons-nous connaître les problèmes des Ivoiriens si nous n’allons pas vers eux ? Pour retrouver la capacité de notre pays, il faut que nous soyons autonomes, pour éviter d’arriver au niveau où un élève du primaire, en voulant donner la raison de la grève actuelle à l’école, informe le parent que c’est parce qu’il n’y a pas de craie qu’il n’y a pas école (…) Ce qui montre bien que le pays est gâté », a-t-il confié.

En plus, Affi N’guessan a dénoncé les ”microbes” en mettant le régime actuel face à ses responsabilités. Inspiré des principes politiques de l’ex-président Laurent Gbagbo, le président du Fpi a prôné le dialogue. Car, comme il l’indique, “Laurent Gbagbo a toujours prôné le dialogue pour obtenir des avancées politiques”, surtout lorsqu’il a déclaré avant son départ du Golf hôtel pour Korhogo : ‘’La phase militaire est terminée, maintenant passons à la phase civile’’, s’est-il réconforté dans son explication, pour contredire les amères diatribes sur son approche politique.

Chef Gnoli Jacques s’est dit honoré en saluant l’initiative de la rencontre, avant d’indiquer que Pascal Affi N’guessan est sur la bonne voie, parce qu’il mène le bon combat. «Les chefs aspirent à la paix et ils savent votre engagement au retour à la paix et à la réconciliation nationale. Ils vous en félicitent, continuez sur cette voie. Que Dieu fasse en sorte que votre volonté de reconstruire le pays soit une réalité »,a développé le chef Dan.

Il faut dire que pour cette cérémonie, Affi N’guessan était accompagné de Marcel Gossio, de Chairman Guei et de bien d’autres cadres du Fpi.

Cyrille DJEDJED (Info Sercom Affi N’Guessan)

L’INTER

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment