08242019Headline:

Côte d’Ivoire/ Climat socio-politique: une politique de l’Etat qui divise les populations. Les détails

Il y a péril avec l’unilatéralisme et l’absolutisme du pouvoir ploutocratique d’Alassane Ouattara. Donc une fédération de toutes les forces vives régulatrices pour le changement dans notre pays la côte d’ivoire est l’unique postulat, qui s’offre aujourd’hui à la nation ivoirienne. Et à l’opposition ivoirienne toutes tendances confondues, et de s’unir pour la côte d’ivoire de Felix Houphouët Boigny. Afin d’obtenir des élections libres, justes et démocratiques en 2020, dédouanées de toutes les scories passéistes de trucages électoraux coutumière du pouvoir d’Alassane. Hélas ! Au cas contraire l’hermétique cadenas-sage du processus électoral ivoirien dans un organisme électoral soumis au pouvoir Ouattara, et inféodé au système politique mafieux du pouvoir d’Alassane Ouattara, demeurera, avec lui la confiscation du pouvoir d’état dans la durée. Alassane Ouattara est sûr de son fait, « La CEI ne changera pas mais elle connaîtra seulement quelques petites modifications dit-il», face à des acteurs politiques ivoiriens pour le moment plus soucieux du duel de leadership, du duel des positionnements politiques, de l’antagonisme des clivages politiques intransigeants et le sectarisme des appartenances politiques, que pour la cause d’intérêt national qu’est le nécessaire arrêt de la dynamique démoniaque du pouvoir d’Alassane Ouattara, qui décide seul de tout, ce qui techniquement signifie une dictature. Il n’y a d’autre solution a ce jour à cette dictature que la combinaison Bédié-Gbagbo et Pdci-Fpi. « Avons-nous toujours dit et répéter ».

Donc comme dit plus haut, il ne reste qu’un seul postulat au peuple ivoirien et aux citoyens, qu’est de s’unir pour la côte d’ivoire de Felix Houphouët Boigny. Afin d’obtenir des élections libres, justes et démocratiques en 2020, dédouanées de toutes les scories passéistes de trucages électoraux coutumière du pouvoir d’Alassane. C’est-à-dire, s’unir afin d’obtenir pour la côte d’ivoire la paix sociopolitique, dans une Alliances de régulation sociopolitique pendant cinq (5) ans jusqu’en 2025, pour conduire le peuple ivoirien à la fin de crise déclenchée le 24 décembre 1999, empirée les 18-19 septembre 2002 par un coup d’état manqué contre un pouvoir juridiquement légal et démocratiquement légitime, pour aboutir à la guerre de 2010-2011. Il y a danger, parce qu’au surplus de l’indéniable mensonge pathologique, donc de la maladie de mentir tout le temps, puisqu’en mythomanes endurcis, ça continuent de mentir comme ils respirent. La maladie de mensonges incurables s’est incontestablement installée au cœur de la république de côte d’ivoire et au sommet de l’état ivoirien. Et au surplus, si les gaz périodique de Cannabis autrement dit de Marijuana ministériels viennent s’ajouter à cette catastrophe mytho-maniaque, c’est le péril garantit pour la côte d’ivoire de Félix Houphouët Boigny.

Oui la gouvernance étatique sous ces maux pathologiques « mensonge d’état- dépendance au Cannabis » retire au peuple et aux citoyens, ce qui les revient de droit, qu’est la part de leurs destins communs, qu’ils peuvent maîtriser sans cette gouvernance étatique. Ils appartiennent ces gens-là du pouvoir d’Alassane Ouattara, à une certaine race d’hommes politiques mafieux, assoiffés de pouvoir, Adorateur de Dieu l’argent et fous de notoriété sociopolitique, et comme des « Dieu » qui n’admettent pas s’être trompe. Oui, ce sont des politicards carriéristes pathologiques et arrivistes renégats, qui ne reculent devant aucune catastrophe pour assouvir leur dessein mafieux, d’interpénétration de la politique avec les affaires mafieuses. Leur credo politique au tour du système des élections démocratiques est l’expression la plus antagonique du droit de suffrage. Leur unilatéralisme absolutiste et monarchiste est l’affirmation en acte politique de la volonté dictatoriale d’un pouvoir d’état d’infléchir et de corrompre le destin du peuple souverain, pour le réduire à leur seule exigence mercantiliste, pécuniaire, égocentrique.

Leur gestion des affaires étatiques et de gouvernance politique en Alassane-Land sont plus fondamentalement, un mode d’imposition unilatéraliste, monarchiste, arbitraire et de domination tenu pour archaïque au 21e siècle. Leur action politique de credo compromissoire portent en elles-mêmes les germes de la guerre civile, de toutes sortes de crises sociopolitiques comme les nuées portent inexorablement l’orage. La société que ces gens-là, du pouvoir d’Alassane Ouattara nous annonce, masquée des mots développements et d’émergences, ressemble à une assemblée inconsciente d’individus moutonnier, sans repère moral, sans doctrine, sans idéologie et sans racine sociale réduit à suivre la direction du vent et incapable de réactions citoyennes, de protestations légitimes. Et confinés dans un train d’enfer et de damnation au couleur ivoire piloté par des fanfarons, des truands, des malhonnêtes, des voleurs, des sans foi ni loi ; tirant à huer et à dia pour leurs propres ventres et pour leurs propres intérêts égoïstes, égocentriques. Une peuplade broyeuse de droit et de liberté, comme si la valorisation de ce pouvoir absolutiste, unilatéraliste, et sacrement autoritaire, devait passer par la négation des autres appartenances politiques. Donc une société pilotée par une cohorte lamentable de politicards Alpinistes, absolutiste et utopiste qui ne désespère pas d’accaparer le destin de la nation ivoirienne pour le plier à ses seules exigences égocentriques et claniques. Faire tout pour garnir la table des convives nocturnes de deniers publics.

Donc comme dit plus haut, il y a péril avec ses gens-là du pouvoir unilatéraliste et absolutiste d’Alassane Ouattara. Donc à défaut d’un système électoral qui offre les mêmes chances à tous, donc des citoyens-candidats qui partent sur la même ligne équidistante du pouvoir d’état, citoyen ! Allons à la sécession systémique, politique, et mentale, face au despotisme unilatéraliste. Oui rien à faire avec ses gens-là du pouvoir d’Alassane Ouattara et avec ses hommes en godasses porteurs de gros-gros fers, qui ne font pas bon ménage avec les citoyens. Donc prenons nos marques. Puisqu’au Venezuela, il n’y a que du cowboy anti-chaviste à Caracas, dans une « opération Pétrole pour Moi et pouvoir Toi » est le bon partage voulu à Caracas, donc saluons amicalement les cantonades citoyennes de l’Algérie et du soudan et optons pour le Biafra. Oui, la sécession est devenue de droit, c’est tout ce qui nous reste en côte d’ivoire.

Oui détrompons-nous, c’est tout sauf un jeu de rôle régulateur de routine, ou une simple réaction sentimentale. Non ! C’est une rupture mentale entre la réalité et le rêve, une sécession entre le poids de ce qui est et tout ce qui peut exister. C’est ouvrir le regard vers l’avenir et revendiquer que non seulement une citoyenneté commune dans un vivre en commun paisible est possible en côte d’ivoire, au prix de la lutte citoyenne synergique et assidue. Mais surtout qu’en plus, nous commençons à apprendre, à voir cette citoyenneté commune, dans un vivre en commun paisible, pour le faire exister dans notre pays la côte d’ivoire de Felix Houphouët Boigny. Car cette citoyenneté commune dans un vivre en commun paisible, est la terre sur laquelle on bâtit les empires harmonieux et paisibles.

L’ivoirien doit donc osé être et rester lui-même, en conjuguant tous les registres de la lutte d’émancipation citoyenne tous rassemblées derrière des partis politiques fédérés ou derrière des hommes politiques fédérateurs. Il n’y a pas mieux aujourd’hui que : PDCI-FPI ou Bédié-Gbagbo soutenus par tous, ivoiriens. Pour que le bateau du progrès social, de l’harmonie communautaire, de la paix sociale pérenne, reprend la voie royale universelle, vers la lumière du développement social, économique et politique, voulue par FELIX HOUPHOUET BOIGNY. Pour un exercice éclairci du noble art politique, sous la gouvernance des principes de la démocratie participative, des élections consensuelles pluralistes, de la citoyenneté commune qui permettent de gérer politiquement. L’ivoirien doit se ressaisir pour offrir aux luttes synergiques citoyennes des mouvements sociopolitiques, une authentique perspective d’alternance politique en 2020. Et faire pièces à ce système politique mafieux, pervers, sadique et criminel, ressortissant d’une guerre qui a fait 7000 morts de citoyens.

Oui, il y a péril avec ses gens-là du pouvoir unilatéraliste, absolutiste d’Alassane Ouattara. Voyez-vous, on dit maintenant dans les décombres de 4000 morts de citoyens zigouillés sur l’autel de l’acquisition du pouvoir d’état, qu’ il n’y a plus eu de génocide à l’Ouest, les 1600 tués en 24 heures ont trouvé un autre nom. Des mensonges d’état pour pouvoir masquer les tueries génocidaires, les vols organisés, la défenestration de l’économie nationale et le pillage des ressources nationales souveraines, « Deniers publics, Or, Diamant, Terre, Forêt et partant Bois etc. » C’est ça la côte d’ivoire d’Aujourd’hui, et il faut en sortir contre vent et marée. Oui, pour s’en sortir une fois pour toute, il faut extirper le mensonge dans les récits de guerres, si l’on veut aller à la paix, c’est aussi simple et facile que se regarder dans un miroir. Le mensonge ne réconcilie pas, il divise en clan aveugle. La guerre avec ses faits doit être expliquée à la population ivoirienne, sans mensonges, sans maquillages politiques, sans maquignonnages, sans copinages : de 1999 à la tentative de coup d’état contre un pouvoir démocratiquement légitime, et juridiquement légal, qui à tourner à la rébellion de 2002 pour arriver à la guerre postélectorale de 2011, doit être expliqué sans mensonge aucune au peuple souverain. La paix est à ce prix.

Oui, il faut bloquer cette dynamique démoniaque, du pouvoir unilatéraliste, absolutiste d’Alassane Ouattara, afin de replacer l’être humain avec ses droits et ses libertés au centre du débat sociopolitique, le citoyen avec ses droits et libertés au cœur du système politique national. Et avoir pour préoccupation première, le progrès social qui commence par l’homme, oui par tout homme et qui ne laisse pas le citoyen au bord de la route du développement socioéconomique. Et qui fait de tous les aspects de la vie humaine, régie par les valeurs que l’humanité s’est donner, la valeur fondamentale, sur laquelle doit être construite toute société, toute politique, toute économie, tout développement, toute relation entre citoyens ivoiriens, entre personnes d’origines diverses et toute relation entre nations.

Il est plus que jamais question de chercher à tout prix, de se faire un chemin dans ce béton d’arbitraire, du pouvoir unilatéraliste, absolutiste et ploutocratique d’Alassane Ouattara vers la sortie de l’engrenage despotique, unilatéraliste et absolutiste d’un pouvoir devenu sourd et aveugle. Donc il nous faut résister, et pour résister, il y a une seule voie pour se faire, la fédération de toutes les forces régulatrices pour le changement dans notre pays la côte d’ivoire, pour l’alternance en 2020 suivi d’une gouvernance transitoire de cinq (5) ans au moins. C’est le prix de la paix sociopolitique. Que la nature protège la côte d’ivoire de Felix Houphouët Bopigny. Nation une et indivisible, qui se doit de garantir droit, liberté, justice juridique et justice sociale pour tous.

Lire sur eburnienews.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment